Les Chefs 2023 #2 : Tant qu’y m’restera kekchose dans l’frigidaire

Pas de niaisage, cette semaine, alors que l’émission Les Chefs commence directement dans le cœur du feu de l’action des péripéties rebondissantes, mais surtout du mystère. Sur une musique de violon qui donne l’impression d’écouter la bande-annonce de Midsommar mais qui se passerait dans un Brault et Martineau, les aspirants-chefs pénètrent en studio.

Immédiatement, David, le Sherlock Holmes pogné sur Wish de la brigade, comprend que «que ça va être quelque chose de spécial». Sont-ce les six discrets frigos orange, rose, vert, bleu, rouge et mauve qui lui ont mis la puce à l’oreille?


Le tout prend un virage surnaturel quand Cédrick enfile un des tabliers colorés et que, «comme par magie», un autre aspirant-chef fait de même. Mais que se passe-t-il? Quel vaudou a cours dans la cuisine des Chefs? On soupçonne Élyse d’être impliquée dans diverses manœuvres au milieu d’un pentacle dessiné par terre dans les loges du studio pendant que juge Boulay dans une tunique rouge brasse un gros chaudron de sauce qui fait de la boucane pis que Pasquale brasse les dés de la destinée.

Oh, je me demande de quoi les 40 futures minutes de l’émission seront faites!
— Mathieu, après se tirer au tarot avec un deck Rider-Waite-Smith à côté d’une chandelle au beurre

Mon horoscope disait ce matin : «Balance, des surprises vous attendent, votre Lune est en Bélier et le travail vous occupera aujourd’hui.» C’est tellement arrivé, un lundi de job!
— Caroline «Myrique baumier en rétrograde» Décoste

Se pointe finalement Élyse, de la face d’, pour finalement dissiper cet épais nuage de mystère.

Les tabliers de couleur désignent des équipes, qui devront fouiller dans l’appareil réfrigérant chromatiquement correspondant, afin de préparer un plat principal avec ce qui est dans le frigo, et une entrée avec ce qui est au congélateur (on s’attend donc à des Toaster Strudels comme canapés ou à des petites bouchées feuilletées Choix du Président qui restent du réveillon de 2018). Et c’est tout! Il n’y aura aucune autre ratoure. Promis.

Promis promis!
— Élyse, se mordant les lèvres

Le but de la twist est évidemment de reproduire l’expérience qu’on a tous les jours à la maison, un mercredi après la job, quand vient le temps de faire un plat gastronomique avec nos restants de macaroni chinois et le céleri un peu mou qu’on avait oublié au fond du bac à légumes.

Colombe nous rappelle qu’il s’agit d’un «défi unique dans toute l’histoire des Chefs». On en parlera certainement dans les futurs livres d’histoire, quitte à bumper le discours de Martin Luther King ou la prise de Constantinople pour faire de la place.

Et ça commence…

C’est parti mon défi!

Dans une cinématographie qui n’est pas sans rappeler les meilleurs moments de Caméra Café, on peut voir les aspirants-chefs fouiller dans leur frigidaire et y découvrir non pas 28 bananes congelées qu’on s’est promis de faire un pain avec, un plat qu’on attend que ce soit le jour du compost pour l’ouvrir, des rouleaux à peinture enveloppés dans du papier alu au cas où t’aurais des retouches de primer à faire pis une boîte de p’tite vache, mais bien des protéines pas emballées tout nues de même dans l’bac et une collection de produits tous de marque Nos Compliments donnant l’impression que l’épicerie a été faite par un monomaniaque pis qu’il existe des érables à sucre poussant naturellement ornés d’un logo de marque maison.


Pendant ce temps, autour de la table des juges, on nous confirme que les grand·es chef·fes sont, comme vous et nous, du monde ben ordinaire. Iels ouvrent le fridge, iels voient la même chose que tout le monde : à peu près 200$ de saumon sauvage, du fenouil, des pleurotes et trois containers de crevettes nordiques. Pis, comme vous et moi pis elleux, iels soupirent en disant «On s’calle-tu de la pizz?».

La macreuse de bœuf confond les deux équipes qui en ont reçu. Moins connue que les autres coupes comme le T-bone ou la peperette de caisse de dépanneur, elle peut être grillée quand elle est de bonne qualité, ou être bouillie jusqu’à ce que ça devienne mâchable si tu l’as achetée à un gars un peu bizarre sur Kijiji. Incertaines, les deux équipes ont opté pour la deuxième option.

«On peut partir sur un truc un peu asiat’», propose David, qui parl’ en abrèv’. C’est clair qu’avec des crev’ et de la viand’, c’est une bonn’ ’dée.

Les juges nous donnent leurs petits trucs sympatiques pour économiser, comme acheter un container de saumon quand il est en spécial et le portionner sous-vide et ne manger que du saumon pour les trois semaines à venir.

C’était quand même un chouette petit cours d’économie familiale avec les juges. Au prochain épisode, Pasquale va nous montrer comment coudre des boxers.

Guess who’s back? Back again, Ratoure’s back, tell a friend

Il n’y a jamais de twist sans and shout, et c’est pourquoi Élyse rentre en studio en criant son iconique «Je vous demanderais de tout arrêter».

Quoi encore? La prod va-t-elle rentrer dans le studio six fours de couleurs différentes que le rond d’en arrière chauffe juste à high et que si tu pars celui d’en avant ça va faire crier le détecteur de fumée, histoire de bien reproduire l’expérience de la cuisine au quotidien?

Élyse annonce plutôt que chaque équipe a une équipe concurrente qui a reçu les mêmes ingrédients qu’elle, et qu’à partir de maintenant, ce sont des ennemis jurés pis qu’il n’y a pas de place pour nous quatre dans cette ville.

En tentant de faire son tough, Félix nous prouve que le plus proche qu’il a été d’être membre d’un gang de rue, c’était son équipe de Génies en herbe quand y’avait 15 ans.


Dans le langage des signes de gang, ceci signifie : «M’a te suspendre par les ouïes après le crochet de boucher dans le backstore si tu m’voles mon vinaigre de cidre.»

Du côté des oranges, on sent une chimie vraiment le fun (plus en tout cas que notre cours obligatoire de chimie au secondaire). On n’utilisera pas le terme «bromance», parce que c’est une expression conne que la société a inventée pour pas avoir à dire «mais sont pas gais là, no homo!» quand on parle de deux hommes qui s’aiment beaucoup et sont capables de le dire sans gêne, mais mettons qu’on a déjà écrit de la fanfic sulfureuse pour pas mal moins que ça.

Ne manquez pas «Les chaudrons du désir : une ratoure sans fin», disponible dès maintenant sur FanFictionFoodie point net.
— Mathieu, auteur prolifique


Les mots «tartelette aux crevettes nordiques» ont fait faire cette réaction à Élyse, et on en prend note pour quand on va finalement avoir le guts de l’inviter à souper pour une date à trois.


En entendant le menu des Rouges, juge Boulay s’inquiète un peu et déclare «il faut qu’il y ait une belle justesse dans la gastrique», une phrase infiniment moins catchy que son «Le beurre c’est la vie» de la semaine dernière. Les t-shirts vont se vendre pas mal moins vite cette fois-ci.

Élyse a aussi tenu à démontrer qu’elle est capable d’écrire sans regarder, tout en faisant la face que tu fais quand ton boss dit des affaires qui ont pas d’allure pendant un meeting.


«Si j’ai noté toutes tes bonnes idées, patron? Et comment!»

Si vous ne l’aviez pas deviné avec le teaser de la semaine dernière et les 22 publications Facebook et Instagram des comptes des Chefs, y’a toute un scandale de crevettes qui s’en vient. Levez-vous de votre chaise d’ordi pour aller vous chercher un p’tit sac en papier brun en cas d’hyperventilation, préparez un bucket à vomi pis une débarbouillette d’eau fraîche, parce que vous allez pas en revenir de ce qui s’en vient après…

Cet intermède dansant

Élyse, maîtresse de la danse TikTok.

C’est l’temps du Crevettegate

Qui a pris les crevettes des mauves?

C’est la question qui taraude tout le Québec depuis lundi dernier, 20 h 59, alors que la crise chez les aspirants-chefs semblait imminente. Pendant sept douloureux et interminables jours, nous ne dormîmes point, ne mangeâmes encore moins, transi·es d’angoisse au comble des affres de l’agitation, attendant dans le supplice du tourment la réponse à ce drame humain sous forme d’innocente question.

Voilà un autre mystère pour David Holmes!

Ah, c’est Charles-Antoine qui a pris les crevettes des mauves par accident. Il se sent super mal. Tellement qu’il embarque immédiatement dans son char et fait 19 heures de route aller-retour jusqu’à Matane pour aller chercher de nouvelles crevettes.

˚ ༘✶ ⋆。˚ ⁀➷✧✩。:*•.───── ❁ 𝔉𝔦𝔫 𝔡𝔲 𝓒𝔯𝔢𝔳𝔢𝔱𝔱𝔢𝔤𝔞𝔱𝔢 ❁ ─────.•*:。✩✧˚ ༘✶ ⋆。˚ ⁀➷

De retour au secouage de poêle pis au brassage de sauce pis au shakage de bake

Une fois la paix rétablie entre Matane et Bâton-Rouge, les40 dernières minutes passent vrrrrrrrraiment vite. (Surtout parce qu’on est à la tévé pis que c’est un montage pis que le compositeur en charge de la trame sonore a laissé sa place à Skrillex qui joue en accéléré sur des bongos, ce qui nous donne UN SENTIMENT D’URGENCE.)(LES MAJUSCULES, ÇA AIDE À TRANSMETTRE L’ÉMOTION.)

Du vacarme de la cuisine s’élève soudainement une voix angélique. Laissons-nous bercer par cette sérénade d’Olivier Pavarotti!

Votre rythme cardiaque est revenu à la normale, apaisé par les vocalises de notre rossignol chantant? C’est le temps de vous crisser en p’tite panique, parce que le défi est fini pis les juges ont faim!

Passez au salon, le temps de la jugeation

Mâche mâche mâche, grimace grimace grimace : ça a pas l’air yâble, comme défi de restants de frigo.

Malgré le fait que les crevettes et les asperges se marient aussi bien qu’un Cédrick et un Olivier (💗), l’entrée des bleus n’a pas impressionné parsonne. Quant à leur côtelette de porc, elle était sèche, et juge Boulay aurait aimé qu’elle soit mâchouillée pour être plus gastronomique.

Manchonnée!
— Juge Boulay, qui prend le temps de nous lire entre deux odes au beurre

Les rouges ont fouillé dans la loge d’Élyse et ont piqué quelques roses (envoyées par des admirateur·rices secret·ètes, wink wink), afin d’en faire une eau pour leur salade de crevettes.

L’équipe fusionnelle des oranges a malheureusement un peu foiré, avec sa pâte de tartelette trop sèche, provoquant cette face chez la jugesse.


Les roses ont proposé une macreuse de boeuf «braisée à notre façon», expression qui sonne comme «on a manqué notre coup, mais on va faire comme si c’était voulu».

Une fois tout ça mâchonné (c’est bien ça le mot, m’sieur Boulay?), âvalonné et dîgestionné, le verdict tombe : les rouges, les verts et les mauves remportent le défi et montrent que le truc pour gagner, c’est d’avoir une fille dans l’équipe.

Deux fois plus de perdants, ça fait deux fois plus poches ou deux fois moins bons?

«J’ai une bonne nouvelle : une équipe sera sauvée ce soir», annonce Élyse, alors que les juges, fort·es de leurs cours de moniteur·rices de piscine (Pasquale a, lui, un cours de gardien averti) ou de leur vocation de fils de Dieu descendu sur Terre pour expier nos péchés, décident de gracier l’équipe des roses, telles deux dindes américaines à l’Action de grâce.

Olivier, Cédric, Félix et Ronan se préparent alors à un duel à quatre. C’est donc un… quadruel. Colombe, les préparant à un défi de 15 minutes comme si c’était un Iron Man dans le désert où tu cours pendant 32 heures sans pisser pis sans boire autre chose que ta propre sueur pieds nus sur le sable brûlant en évitant des obstacles de scorpions des dunes, rappelle que c’est avant tout «une épreuve d’endurance mentale». De bonnes connaissances en cuisine, c’pas mal, mais c’qui importe vraiment pour gagner, c’est la…

PAUSE CAPITALISTE

Là, ce qui va arriver, c’est que ce texte va passer directement du verdict des juges au Colombarium, sans passer ni par Go, ni par le duel. Le bout de texte qui manque est réservé aux abonnements payants de notre Substack.

On t’explique ici comment ça fonctionne, et tout ce que tu vas recevoir pour tes 5 piasses. Ne pas en profiter, c’est comme s’éliminer soi-même du Les Chefs de la vie.


Merci de nous aider à créer librement tout en payant (un peu) notre épicerie. On vous promet qu’on utilise pas l’argent pour acheter six frigos de couleur, nous.

Au Colombarium (ça va finir par pogner, on vous le dit!)

Colombe sort le plus gros fouet jamais vu hors d’un donjon BDSM et explique comment faire de la sauce mousseline.

Pour huit jaunes d’oeufs, il faut pas moins de 500 ml de beurre clarifié. Planifiez donc votre demande d’hypothèque en conséquence quand vous organiserez votre prochain brunch.


Ce qu’il y a entre le début et la fin, c’est «et la». Profitez pleinement de votre «et la».

Dans 7 dodos

Au menu la semaine prochaine : des desserts en équipe et cette face d’Élyse…


Pis aussi celle-là :


On sait pas trop comment on va faire pour dormir d’ici-là.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s