After Eight (donc… neuf?)

Y’a des choses qui ne changent pas dans la vie. Surtout dans le temps des fêtes.

Responsable de la programmation de Ciné-Cadeau est toujours l’emploi le plus facile à occuper au Québec. La visite tient toujours à parler de comment étaient les routes pour se rendre, avec un bonus sur comment était le stationnement, si c’est à Montréal. Celleux qui aiment le moins le Bye Bye sont toujours ceux qui se vantent aussi de ne pas l’avoir regardé depuis 1992, pis c’était par accident, en passant en char devant une maison que les rideaux de salon étaient ouverts parce que eux, le Bye Bye, y trouvent ça débile.

Et finalement, décembre est le mois de l’année où l’After Eight est considéré comme le summum de la gastronomie. Et, à en croire des gens qui tiennent des blogues de blagues culinaires, un déjeuner tout à fait acceptable s’il est servi avec un café, et ce, minimalement jusqu’au 9 janvier ou jusqu’à épuisement des stocks.

L’After Eight ne changera jamais. Il restera toujours le bon vieux carré de chocolat à la menthe qu’il a toujours été. C’est réconfortant de savoir que l’After Eight demeurera à jamais exactement le même, et qu’on n’a pas à avoir peur qu’une photo juste après ce paragraphe vienne remettre en question nos certitudes.


À l’orange!?? WTF, After Eight?

En français!
– PKP

Quelle est cette fourrade, Après Huit?

Si After Eight peut aussi impunément changer de saveur et commencer à faire des variations sur son thème plus que classique et indémodable, nous aussi, on peut!

Voici donc 12 variations sur l’After Eight. On est comme Mozart!

Variation 1 : une formule mathématique

Ça a pris 350 ans pour démontrer le dernier théorème de Fermat, mais ça prend exactement une bouchée et zéro connaissance en mathématiques pour prouver qu’une After Eight carrée est géométriquement supérieure à une After Eight ronde, selon la formule suivante :

Parce que nous sommes dans le secret des dieux, nous savons que le format carré est réservé à la période des Fêtes, car il faut compter sur une équipe de professeurs recrutés au MIT pis à Oxford ainsi que sur deux prix Nobel en mathématiques et menthe (des… menthématiques?) pour calibrer la machine qui forme la glu en polygone à angles droits. Le reste de l’année, cette équipe de spécialistes de la question est trop occupée à tenter de résoudre l’énigme « pour quossé faire que ma main rentre pas dans une canne de Pringles » (aussi appelée conjecture de la contradiction cylindrique).

Variation 2 : un haïku

Délice mentholé
Hivernal bonheur trop bref
Huit dollars la boîte

Variation 3 : un post Instagram d’influenceuse

Variation 4 : une image générée par intelligence artificielle

«After Eight Chocolate growing on an orange tree photorealistic»

On est pas mal certain·es que c’est ça la recette.

Variation 5 : je vous demanderais de tout arrêter (un défi des Chefs!)

[Élyse, la face remplie d’une ratoure fraîche comme un goût de menthe, arrive en poussant un petit chariot]

Apirants-chefs, je vous demanderais de tout arrêter.

On le sait, avec la période des fêtes qui commence, les gens ont envie d’un petit digestif, à manger en deux bouchées après un trop gros souper suivi d’à peu près huit desserts. C’est pourquoi on vous demanderait de préparer un After Eight gastronomique. Sous votre table se trouve un panier qui contient de la menthe fraîche du Québec, ainsi qu’une cabosse de la Montérégie, de laquelle vous pourrez extraire des fèves de cacao.

Les juges veulent un After Eight qui soit original, mais également fidèle au After Eight original. Vous avez 3 minutes et 45 secondes. Bonne chance!

Je le sais! Je vais rajouter de l’orange dans le mien!
– Le candidat avec une calotte pis des tattoos qui va retourner à la maison cette semaine, avec un 500$ d’épicerie pis un proverbe de Colombe

Variation 6 : un résumé de film de TV Hebdo

Après huit heures

Comédie romantique – 127 min – FR

(After Eight) (5) É.-U. 2022.

Une jeune chocolatière récemment séparée voit l’avenir de sa petite boutique de Brooklyn mis en péril lorsque le fils d’un magnat du chocolat ouvre une succursale concurrente juste en face. À sa surprise, sa nouvelle création à la menthe séduira bien plus que sa clientèle habituelle… C’est sans compter sur son ex, devenu pâtissier célèbre, qui revient dans le décor pour lui présenter son frère récemment retrouvé! Et qui est ce mystérieux client fantôme, amateur de chocolat à l’orange : admirateur secret ou agent double?

Réalisation : Mindy O’Cocoannell

Avec : Rashida Jones, Chris Evans, Chris Pratt, Chris Hemsworth, Chris Pine et Chris Messina

Variation 7 : un commentaire sur la page Facebook d’un grand média

Avant de mettre de l’orange dans les After hate la plante verte à Valérie pis François Lego devraient s’occuper des cones orange mais maintenant les jeunes veulent plus travailler,,,, Justin Castro Trou d’eau pis sa loi de dictateur de mesures de guerre va bientôt être devant la cour (Nuremberg 2) à cause de toute l’arnaque de la COVID que tout le monde le sait que c’est juste un grippe et que ça se guérit avec du chocolat et de la menthe,,,,,

Variation 8 : un cartel de musée (c’est ça le nom fancy des tites pancartes que tu lis pas)

After Eight

Paul Nest. L. É.

1952-54

Matériaux mixes

12 m x 8,7 m

Collection privée

À son retour d’Amérique en 1952, Nest réoriente sa pratique artistique afin d’intégrer à sa démarche les innovations sur le plan pictural découvertes lors de son contact avec l’École de New York. Il abandonne alors ses petits formats, qui avaient jusque-là fait sa renommée en Europe, pour se concentrer sur d’immenses canevas nécessitant un atelier plus grand. Le déménagement de son atelier viennois pour la campagne autrichienne, près de l’abbaye de Klosterneuburg, son éloignement des cafés d’artistes où il avait ses habitudes de sachertorte et son besoin viscéral d’insuffler un nouveau souffle à son art poussent Nest à tenter un rapprochement inédit entre des éléments que tout oppose : la figuration et l’abstraction, la noirceur et la lumière, la sculpture et la peinture, le chocolat et la menthe. C’est ainsi qu’au bout de deux longues années entrecoupées d’un épisode dépressif et de plusieurs pauses pour aller pisser, il parvient à terminer son oeuvre la plus connue, After Eight, gigantesque toile texturée au carré brun sur fond brun, une allégorie puissante sur la difficulté, pour l’artiste, de concilier le caractère sensuel et solitaire de la peinture avec l’aspect brut et déshumanisant de la marchandisation de l’art.

La présentation de cette oeuvre a été rendue possible grâce à la générosité des collectionneurs de la Fondation privée Caroline et Mathieu A. Siette.

Variation 9 : une demande d’aumône

Si, tel un·e foodie festif·ve, tu sors chacun de nos textes de sa petite enveloppe de papier pour le lire avec délectation, afin de te rafraîchir l’esprit de nos blagues mentholées et de nos mots d’espris chocolatés, as-tu pensé à nous encourager via notre Patreon?

En contribuant de ton petit pécule mensuel, tu auras la chance de recevoir :

  • Une infolettre mensuelle culturelle soigneusement curetée (curetagée?), rédigée avec beaucoup d’entrain et de liens à ouvrir dans des onglets en te promettant d’y revenir plus tard;
  • Un accès exclusif au groupe Facebook VIP.

Tu es plus du genre crème de menthe que carré de menthe? Ça va. Tu peux nous payer un petit shooter une seule fois et sans engagement sur Buy me a coffee ou via notre PayPal.

Variation 10 : une chronique de Mathieu Bock-Côté

La mauvaise haleine des wokes

Ainsi donc, il semblerait que les wokes, dans toute leur béotienne jactence autocongratulatoire, voudraient interdire les délectables et ambroisiens After Eight.

Racisme antiblanc

Trop blancs à l’intérieur, disent-ils, toujours prévenants lorsque se pointe l’occasion de glaner à l’Amérique de nos voisins immédiats une idéologie raciste antiblanc. Leur goût mentholé, dont les effluves ne sont pas sans rappeler la bouche sensuelle de Maurice Duplessis, qu’on disait d’une l’hygiène buccale sans faille, donnerait par trop envie d’embrasser son prochain, et d’une manière trop hétérosexuelle. Leur origine britannique les rendrait complices d’une néfaste colonisation assimilables aux pires génocides contemporains, comme si crime il y avait d’inculquer un sens du civisme et un bon goût de la menthe aux hordes barbares dont on nous impose aujourd’hui l’accueil via des frontières toujours plus ouvertes.

Wokisterie à gogo

Ainsi va la décervelante doctrine wokiste : au nom d’une prétendue supériorité morale, elle s’opiniâtre à ce que vous puiez de l’orifice buccal après une tardive bombance. La menthe doit absolument être remplacée (en grand *clin d’oeil clin d’oeil*) par quelque flaveur plus «diversifiée», un parfum de l’ailleurs venu, puisque tout ce qui est issu de la foisonnante culture occidentale (celle-là même qui nous a donné Voltaire et les comédies de Jerry Lewis) est à forbannir. Et c’est ainsi qu’on nous veut asservis, nous Canadiens français, peuple insoumis depuis la Conquête, au joug impitoyable de la fabulation de la «diversité» qu’est l’After Eight à l’orange.

Anti-Québec

Seront pigeons ceux qui verront là un raisonnable « accommodement », car sous ses airs agrumés se terrent les balbutiements d’un assaut contre la majorité silencieuse. Demain, ce sont des immigrants d’origine non européenne qui vont venir voler vos jobs, violer vos chats et imposer des chocolats halal, à manger après l’appel à la prière à Dieu que c’est dans le fond une femme.

Variation 11 : une chorégraphie TikTok

[Sur l’air de Mint my Chocolate, Baby une chanson dont personne n’a jamais entendu autre chose que les 23 secondes que les gens utilisent sur TikTok, au point où l’artiste se demande pourquoi il s’est fait chier à écrire une toune au complet]

Un pas de côté avec le pied droit, puis on croise le pied gauche derrière le droit. On plie les genoux légèrement en faisant semblant de tenir le volant d’un PT Cruiser.

On tourne sur soi-même en sautant dans les airs, comme si les chips étaient en spécial au Métro. Regarde à gauche. Regarde à droite en faisant des mouvements de bras amusants, simulant une attaque de mouches à fruits dans ta cuisine.

Variation 12 : une dégustation qui répond à la question «Vas-tu finir ton After Eight à l’orange?»

Pigerais-tu huit piasses à même le chèque de Legault, dans l’état actuel de tes finances, pour licher un mélange de cacao pur dilué dans un verre de Sunny D après t’être brossé les dents avec deux tasses de Scope? Ben c’est ça.

Astheure, comme on est pogné·es avec toute une boîte presque pleine, on s’cherche un p’tit vieux un peu seul qui voudrait nous conter sa vie en chipant dans le paquet entre deux poffs de pipe parce que c’pas vrai mon ti-gars que tu vas jeter ça ma tite fille moé dans mon temps à Nouelle on recevait yienque une orange pis on gaspillait rien.

Aujourd’hui, si t’es smatt, tu vas avoir un After Eight au charbon. Et si t’es pas du monde, un After Eight à l’orange.

>>Pour être tenu au courant de nos activités, inscrivez-vous à notre infolettre ou passez sur notre page Facebook. Pour nous ignorer, désabonnez-vous de notre infolettre.<<

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s