Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir roulé

Tanné.e de donner une vulgaire pomme dans le lunch de ton enfant chéri? Las.se de passer pour un.e pauvre.sse en mettant une quelconque clémentine dans le sac isotherme de la prunelle de tes yeux? Ton enfant se fait traiter de béotien chaque fois qu’il mange, dans la honte, des raisins verts sans pépin? On te présente les…

BEAR 100 % FRUIT ROLLS | ROULEAUX DE FRUITS

Fiou! Heureusement que le graphiste a pensé à cacher la bisoune du bisounours avec une christie de grosse feuille, y’aurait pas fallu que nos enfants voient une graine de grizzli.

L’histoire derrière la fondation de la compagnie BEAR en est une de grossophobie de banlieusarde : un jour, une médame s’est rendu compte que les ours urbains, dont l’habitat a été détruit par l’humain, les obligeant à migrer en ville pour trouver une source de subsistance, étaient plus fat et moins actifs que les quelques ours qui avaient encore une résidence secondaire dans le bois, se nourrissaient de tartare de saumon Coho sauvage et de baies nordiques bio et prenaient des cours de spinning. Elle en a donc déduit que ce qu’il manquait aux ours urbains taille plus, c’était assurément des grignotines véganes sans sucre et de la volonté. Pas un meilleur accès à des fruits et légumes frais à prix modique, un bannissement du concept d’IMC pis la fin de l’industrie des régimes.

Madame BEAR s’est donc mise à brainstormer sur une façon de faire manger plus de fruits à tous les petits oursons de sa connaissance, dans un marché déjà saturé par, genre, les fruits frais, les fruits congelés, les fruits séchés, les fruits en canne, les fruits en smoothies pis les fruits en compote. Mais oh oh oh, personne n’avait encore mis sur le marché des fruits chéchés écrapous passés au rouleau compresseur et reroulés sur eux-mêmes, le tout à la main (pour vrai) en chantant du Nicola Ciccone!

Ben… on dit «personne», mais il y a quand même les Fruit-o-Long. On a déjà écrit sur ces rubans contenant toutes les couleurs du yark-en-ciel. La différence, c’est que madame BEAR, elle fait des Fruit-O qui sont moins longs, mais qui sont bons pour la santé. Des Fruits-O-Court-Deg.

Faque… y’a pas vraiment d’ours dans sa recette? C’t’un peu de la fausse publicité.
– Mathieu, qui espérait un peu que ce soit du jerky de Yogi Bear

PRÉPARATION ET PRÉSENTATION SUGGÉRÉE

Il y a quelque chose de fascinant à analyser comment les compagnies alimentaires font pour nous signaler que leur produit, il est pas comme les autres produits de l’épicerie. Leur produit à eux, il est SANTÉ.

BEAR dit NON au grignotage malsain. Grrr!
– La boîte (pour vrai, là)

Moi je dis GNNMONMNNGN au snacking sain.
– Caroline, la yeule pleine de hot-dog en écrivant le texte

Sur une boîte BEAR, il y a tous les classiques : c’est écrit «sans sucre ajouté», il n’y aucune couleur fluo, et un logo «sans OGM» dans le coin, ce qui est parfait si tu essaies d’éviter les Obstétriciens Gastriquement Machiavéliques.

Mais aussi, la boîte est faite dans un carton rugueux qui, au toucher, semble être le produit de retailles de mille rouleaux de papier essuie-tout brun. Juste à toucher la boîte, tu sais que tu vas manger de quoi d’agressivement santé et naturel. Une bouchée de tsa, pis y’a de la vitamine A qui te sort par les oreilles. Il y a même une petite poignée sur le dessus, si jamais tu veux en apporter une boîte pour nourrir ta gang de hot yoga.

NOTE : Vous ne trouvez pas la poignée? Vous avez entre les mains un emballage plus récent, donc avec des fruits chéchés plus frais chéchés, mais aucun moyen de lancer aux girls en riant «Ouf, je sue d’en d’sour des boules pis je meurs de faim! Les filles, qui veut une collation santé végane sans gluten sans sucre ajouté casher mais chère?»

Dans la boîte, on retrouve 5 sachets contenant chacun 2 rouleaux. «Diviser pour mieux régner», comme disait Philippe II de Macédoine (l’État grec antique, pas le mélange de légumes), c’est la philosophie de BEAR. T’as l’impression d’en avoir deux fois plus pour ton argent jusqu’à ce que tu te rendes compte que les rouleaux BEAR sont à peine aussi gros que des deux piasses, et y’a fallu pas mal d’ours polaires pour t’acheter des rouleaux d’ours roulés.

Alors que les Fruit-o-Long sont larges et minces, les rouleaux BEAR sont plutôt courts et trapus. Alors que les F-o-L sont colorés et exubérants fluo, les BEAR sont d’une couleur brunâtre foncée de type manger-santé. C’est l’idée que Jacinthe René se fait d’un bonbon d’Halloween.

Plutôt que des bonbons, je donne à chaque enfant qui cogne à ma porte un smoothie de gazon, des tires Sainte-Catherine à base de seitan et une poignée de pensées positives.
– Jacinthe «Party Time» René

C’est pas le genre de rouleau avec lequel ton enfant peux jouer jusqu’à ce que tu y cries «Marie-Saule-Septembre, arrête de niaiser avec ta collation!». Le site web de la compagnie insiste que «BEAR garde les fruits délicieusement sains et amusants!», car si y’avait ben deux affaires que les vrais fruits ne sont pas déjà, c’est bien délicieusement sains et amusants comme une banane qui sert de gun à la garderie pour le roleplay de policier pis de profilage racial.

Le seul jeu que tu peux faire avec un BEAR, c’est de t’en servir comme une strap et te fouetter pour te punir d’avoir eu des pensées impures, comme rêver d’un morceau de chocolat.

Histoire de garder tout le monde éveillé pendant le temps nécessaire à la mastication (qui varie selon si t’as encore tes dents de lait, des dents d’adulte, des dents que t’as mal aux gencives usées par des années de consommation de Pepsi ou juste pu de dents mais ben de la volonté), BEAR inclut dans chaque paquet une carte à collectionner.

Calmez vos ardeurs, vous n’y trouverez pas de Bobby Orr recrue, juste une bébelle de plus pas recyclable à crisser dins vidanges subtilement quand votre progéniture sera couchée.

Quossé ça goûte? On vous dit ça tout de suite après la…

PAUSE PUBLICITAIRE SANTÉ

Pour acheter ces coûteux rouleaux de fruits, il a fallu sortir plusieurs rouleaux de cinq sous. Ça a fait rager le monde derrière nous à la caisse («5 sous… 10 sous… 15 sous… 20 sous… Non mais fais-tu frette dehors, hein? 30 sous… oups? J’en ai-tu manqué un? Je r’commence! 5 sous…»), mais nous, ça nous faisait chaud au cœur de savoir que cet argent venait du soutien de nos abonnés sur Patreon.

En devenant mécène, tu auras droit à :

  • Une infolettre 100 % bio et recyclable, à base de recommandations de lectures, cinéma, musique, médias;
  • Un avertissement 24 heures à l’avance de la publication d’un nouveau texte, même si Facebook est rayé de la carte;
  • Un groupe Facebook secret VIP, qu’on compte convertir en communauté qui s’achète une ferme dans les Laurentides, si jamais Facebook est rayé de la carte.

Tu as l’estomac sensible et ne peux pas tolérer autant de bon contenu savoureux d’un seul coup? Tu peux aussi contribuer pour moins cher qu’un trio McDo sur Buy me a coffee.

DÉGUSTATION

Tous les rouleaux sont faits à base de pomme et de poire, auxquelles on ajoute un troisième fruit, qui devient la saveur vedette, un peu comme un attaquant sur un premier trio. Ceux à la fraise sont importés d’Afrique du Sud, pays qui nous a bénis d’autres importations savoureuses comme les films de Neil Blomkamp, les brushings de Die Antwoord et la jériboire de saint-crème de toune de Shakira.

Waka waka hey hey!
– Shakira Waka

waka waka waka waka!
– Pacman

Les rouleaux à la mangue et ceux à la framboise sont, quant à eux, un cadeau de l’Angleterre, tout comme le colonialisme et la sauce weusteusheu.

C’est donc à un véritable voyage gustatif qu’on nous convie ici. Excité, Mathieu essaie d’abord les rouleaux à la mangue. Pis… bof.

Dans le goût comme dans la texture, on a l’étrange impression de mâcher un vieux lacet de cuir, ou le bracelet, lui aussi de cuir, que porte Denis Coderre 2021, pour signaler qu’il a changé et qu’il est maintenant quelqu’un de fondamentalement différent, capable de changer une piste cyclable en places de stationnement tout en étant proche de ses émotions.

Peut-être que Mathieu est juste trop vieux pour apprécier. Avec le temps, vous le savez, les papilles gustatives s’usent, se mettent à voter pour la CAQ et disent des affaires comme «dans mon temps, les jeunes goûtaient, plutôt que de passer la journée sur Tic Tac!».

Heureusement, Caroline possède deux cobayes personnes vivant à ses crochets jeunes humains qui sont un peu plus dans le public cible et savent se réjouir, dans toute la naïveté de l’enfance, d’avoir comme dessert sucré un dessert pas sucré pantoute avec lequel elles peuvent se faire une moustache et se prendre pour un barista du Mile-End. Et elles n’ont pas trouvé ça mauvais. Mais bon, on précise aussi que leurs films préférés sont, dans l’ordre : Jurassic Park, le film des Barbies sirènes et le nouveau film des Barbies sirènes.

«Les jeunes, ils veulent qu’on leur donne leur rouleau tout chéché dans le bec, sans avoir à perdre leur âme dans 45 heures par semaine pour 12 piasses de l’heure. Daaaaans mon teeeeeemps, on se faisait engueuler par le patron, on allait ravaler ça dans les toilettes en prenant une gorgée de fort, pis on retournait travailler sans chialer. C’était comme ça dans mon temps pis je vois pas pourquoi il faudrait améliorer quoi que ce soit, parce que personne ne l’a amélioré pendant que moi j’étais là. Continuez comme ça, monsieur Legault, y est temps qu’on arrête de se laisser marcher sur les pieds par les féminazies wokes musulmanes en kirpan.»
– Mononc Mathieu pis ses papilles

VAS-TU FINIR TON ROULEAU D’OURS?

En résumé, les rouleaux BEAR sont une collation qui se vante d’être comme un fruit, mais qui ne goûte pas tant comme le fruit sur la boîte, tout en coûtant trois fois le prix d’un fruit. Mais Caroline, elle, n’a que deux critères pour juger la valeur d’une collation : ça rend-tu les doigts tout collants, pis ça se crisse-tu ben sans faire de miettes dans une sacoche avant d’aller au parc? Dans l’ordre : pas tant, pis oui assez.

Pis aussi, il nous manque encore quelques cartes pour avoir toute la collection.

***

→ Pour être informé chaque fois qu’un nouveau texte débarque ici, inscrivez-vous à notre infolettre. C’est aussi gratuit et délicieux qu’une défunte dégustation de soucisses au Costco. ←

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s