De l’huile de canne de bines (un titre hilarant si tu es buzzé)

Cue le reggae jamaïcain, les «yeaaaah, mon» et les clichés un peu racistes stuck in 1993, parce qu’aujourd’hui, Vas-tu finir te parle de cannabis.

Yeaaaaaaaah, manne!
– Ton cousin blanc avec des dreads pis un poncho qui sert aussi de couverte à son chien

Pis comme on a toujours prôné l’adoption de comportements sécuritaires, tels que le port du masque (de procédure, de tissu ou de Jason), le ghosting de toute ta belle-famille et le rituel selfcare exfoliant au Purell, on doit avant de poursuivre faire place à une publicité du gouvernement du Québec.

Car contrairement à la radio raciste, xénophobe, sexiste et complotiste, nous on a gardé nos appuis publicitaires. Même les fictifs.
– Caroline, résidente de Labeaumeville

Message d’intérêt public et sanitaire

Vas-tu finir vous rappelle que la drogue, c’est pas bon, et que grâce à papa CAQ, les enfants vulnérables de moins de 21 ans mais qui sont majeurs pour se saouler la yeule sont protégés de l’herbe du diable, à moins qu’ils ne connaissent quelqu’un qui en vend à leur cégep, mais tsé, franchement, c’est quoi les chances?

Plutôt que de consommer de la drogue pour tuer l’ennui, as-tu pensé visiter un ami, aller à la bibliothèque ou voir une pièce de théâtre? Ah, shit. 2020, c’est vrai. Bon ben… droye it is!
– Mathieu

Entre un Cossetuco de Lebourgneuf un samedi matin de pandémie pis affaiblir mes facultés, le choix est facile.
– Sophie, qui a déjà eu un choix plus tough que ça à faire

Papa Poule CAQ a également décidé que la SQDC ne vendrait pas de ce qu’on appelle des edibles. On ne trouve donc pas de brownies magiques, de jujubes ensorcelés, de confiseries envoûtantes ou de rôtis de porc surnaturels sur les tablettes du fonctionnaire pusher. On y trouve cependant une…

Huile de cuisson au THC Goodship

Dans son magnifique emballage brun, l’huile de cuisson Goodship laisse présager du plaisir digne d’un party de départ à la retraite d’une firme de comptables.

À défaut de partir sur une dérape avec tout un stock de brocoli psychotrope, on a donc décidé de l’échapper un samedi soir en passant deux heures en cuisine à brasser de la slime, deux minutes à mâcher pis quatre heures à attendre que ça buzze pour ensuite s’effouerrer devant Sonic the Hedgehog en espérant trouver ça drôle cette fois-ci pis en textant à du monde random qu’on les aime.

Ceci est tout à fait fictif, mais moéssi j’t’aime, Mathieu.
– Caroline, qui garde des screenshots de toutte

Présentation suggérée, si seulement on avait une suggestion de présentation

Ce qui est vraiment le fun avec les produits de la SQDC, c’est qu’ils viennent avec une quantité vraiment minimale d’information. C’est minimaliste comme une patère conçue par un designer scandinave.

Ça ne tient pas ton manteau, ça ne tient même pas debout, mais c’est tellement élégant!

On nous dit donc qu’il y a 4,9 mg de THC par millilitre, et 15 ml d’huile dans la bouteille. Il faut conserver le produit dans un endroit sec, ce qui élimine la piscine et le congélateur comme options. Eeeeeet… c’est tout.

C’est quoi une dose d’huile? Mystère! Tel un antimasque, tu vas devoir fassez tes recherches si tu veux que tu sachons.

Là c’est le moment où je regrette d’avoir passé mon cours de maths 436 à écrire «totons» sur ma calculatrice scientifique.
– Mathieu, qui regrette pas tant que ça au fond

Comment on utilise ça, de l’huile de cuisson au cannabis? Énigme! Tel un Roald Amundsen du buzz, tu devras explorer des territoires inconnus au risque de finir crissement gelé.

Amundsen était lui-même crissement gelé, littéralement.
– Caroline, ex-Génies en herbe et vulgarisatrice de gags qui demandent une culture générale

Si la SQDC voulait mettre moins d’information que ça sur ses emballages, elle devrait ajouter un tournevis que tu te rentres profond dans l’oreille pour oublier ce que tu connaissais déjà.

Mais ce qui est vraiment dangereux, papy CAQ nous l’a dit, c’est de vendre des jujubes et des chocolats déjà faits selon une méthode standardisée avec une portion soigneusement indiquée sur l’emballage pis des informations nutritionnelles claires. Ça, ce serait dangereux. Mais te donner un produit qui prend quelques heures avant de produire ses effets sans te dire combien tu es supposé en prendre, c’est suuuuuuuper sécuritaire.

Présentation qu’on s’est arrangés avec finalement

Toi, le normcore straightedge à la maison, qui n’a expérimenté avec rien du tout à l’exception de l’occasionnel et très wild ketchup dans le Kraft Dinner, mais seulement parce que les autres jeunes le faisaient autour de toi (ce qu’on appelle un ketchupeur social), tu te demandes en ce moment quoi faire avec cette substance illicite, mais tu n’oses pas googler, même pas avec un porn tab?

Voici ce qu’on peut faire avec de l’huile de cannabis :

  • Des frites (nécessite à peu près 1000 bouteilles);
  • Des brownies qui donnent envie de manger des brownies;
  • Des biscuits, selon une recette du magazine Châtelaine, parce qu’on est en 2020, et que Châtelaine a maintenant des recettes de biscuits à la drogue entre deux entrevues avec Guylaine Tremblay et Marie-Mai. Paraît que le Elle a un dossier sur le meilleur crystal meth qui s’en vient dans son prochain numéro, juste après le témoignage vécu «J’ai été victime de la cancel culture après des années à canceller le monde»;
  • Tremper dedans ses Doritos en lisant le Châtelaine après avoir songé à cuisiner des frites, des brownies pis des biscuits de matante mais choké solide.

Nous, on a décidé de faire… des jujubes!

La recette, inspirée d’une célèbre série télé, demande d’aller se mettre en bobettes dans le désert, de se raser la tête pour justifier le port du chapeau pis de gunner des caïds mexicains. C’est ben ben du trouble, mais le résultat est vraiment pas pire.

Si vous suivez les instructions à la lettre, vous obtiendrez des jujubes d’une magnifique couleur. Le bleu azur est la preuve de la pureté de votre produit.

Pour des raisons pratiques, nous avons laissé faire les dernières étapes de la recette, qui consistent à faire exploser le quartier général de ton ennemi, empoisonner un enfant, tuer ton beau-frère et être généralement un trou de cul que des brodudes vont idôlatrer pendant des années parce qu’ils ne comprennent pas qu’avoir l’air cool, c’est pas la seule affaire qui compte. On fera ça la prochaine fois, si on a le temps.

Virer tannants, la prochaine série à bingewatcher sur Netflix, une adaptation de Patrick Huard où les femmes sont jouées par des hommes et tous les Mexicains par Claude Legault avec une fausse moustache.

Ne manquez pas le prequel de ce texte : «Mieux d’appeler Paul».

Dégustation

L’huile de cuisson est faite avec de l’huile de coco, et n’a pas vraiment de goût de cannabis. Si, comme le gars qui lit Playboy pour les articles, tu consommes du cannabis pour le goût, ce n’est pas le produit pour toi.

Le cannabis qui se mange, ça gèle différemment de celui qui s’inhale. Ça gèle un peu plus légèrement, mais ça gèle longtemps. Et lentement : si tu veux avoir ton buzz à 20 h, tu dois consommer vers 16 h. Si tu te claques du jujube à 21 h, en plein party, tu vas passer le gros de ton trip après être allé te coucher, à 1 h du matin. C’est un peu comme si tu devais prendre ton vin en début d’après-midi pour être feeling à ton 5 à 7.

… c’était pas déjà ça qu’il fallait faire?
– Caro, grosse fan du vino d’après-midio

J’ai fait remplir un Doodle à mes neurones pour savoir quand c’est que ça leur adonnait le mieux que je les scrape.
– Mathieu, consommateur organisé

C’est de l’organisation, mais ça tombe bien, on est encore à jeun. Pour l’instant. Parce qu’on a poppé un edible au début du texte et il est en train de kicker in.

Vas-tu finir ton… euh… qu’est-ce qu’on disait déjà?… On fais-tu venir de la pizz?

[Caro et Mathieu pognent le fix pendant plusieurs minutes.]
[Caro et Mathieu partent à rire pour pas vraiment de raison.]
[Une rangée d’Oreo plus tard…]

Savais-tu qu’il n’y a pas de synonyme au mot synonyme?

Woh…
– Caroline

Bro… woh…
– Mathieu

Man…
– Cheech

Woh…
– Chong

Woh oh oh!
– Richard Séguin

On a oublié notre portefeuille, pouvez-vous payer la pizza?

Si vous participez à notre Patreon, on promet de vous rembourser en gags exclusifs et infolettres extra pepperoni!

On garde ça simple, vu qu’on est en train de faire des dommages peut-être irréversibles à notre cerveau : tu t’abonnes à notre Patreon et tu décides combien de petit change tu es prêt à nous offrir pour chaque texte. On en sort à peu près deux par mois, faque ça te permet de rentrer ça dans ton chiffrier Excel de budget mensuel à la cenne près.

Et quossé que ça te donne comme avantage fiscal de nous encourager?

  • Tu reçois chaque mois une infolettre exclusive, qui recense toutes les affaires le fonne qu’on a lues/vues/écoutées/entendues/trouvées dans le mois (y’en a qui appellent ça de la curation de contenu, mais pas nous)
  • Tu es informé.e 24 heures à l’avance de la parution d’un nouveau texte (feuni, le doigt meurtri à force d’enfoncer le bouton F5 sur notre page d’accueil!)
  • Tu nous donnes une tape dans le dos virtuelle qui nous remplit le coeur de bonheur et le garde-manger de cochonneries à goûter

Un zéro de plus derrière ton don pis on réhabilite une statue en ton nom!

Hey man, on avait pas un texte à finir, nous?

Une fois qu’on a trouvé comment l’utiliser, l’huile de cuisson au cannabis est un produit intéressant. Peut-être pas aussi intéressant que le fait qu’il n’y a pas de synonyme au mot synonyme, mais quand même intéressant.

Atapeu, là…
– Mathieu

Waittamenute…
– Caroline

Ouh, stop, un instant!
– Axelle Red

***

→ Pour être informé chaque fois qu’un nouveau texte débarque ici, inscrivez-vous à notre infolettre. C’est aussi gratuit et délicieux qu’une dégustation de mini quiches à l’épicerie. ←

2 réflexions sur “De l’huile de canne de bines (un titre hilarant si tu es buzzé)

  1. Bonjour Caro et Mathieu, quelle fascinante chronique ! J’ai acheté de l’huile de cuisson à la SQDC il y a plus d’un an et je me suis posée les mêmes questions que vous…. quantité, recettes pis contrairement à vous, je me suis pas répondue… Ces petits jujubes bleus inspirés me semblent délicieux. Est-ce que vous pourriez nous fournir la recette, ça serait gentil…. merci !

    J'aime

    1. Bonjour! (Mathieu, au clavier)

      Pour les jujubes, j’ai suivi cette recette :
      https://sugargeekshow.com/recipe/gummy-recipe/

      J’ai fait une batch de test, tout d’abord, pour maitriser la technique avant d’y mettre mon huile.

      J’ai ensuite utilisé comme repère les proportions des huiles qu’on se vaporise sous la langue, avec lesquelles j’ai un peu plus d’expérience.
      Un pouche-pouche de vaporisateur = 0,1 ml
      Avec 15 ml d’huile de cuisson, je pouvais donc faire 150 jujubes.
      J’ai calculé combien de jujubes avait produit la recette sans huile, et j’ai ajusté pour en avoir juste assez pour 150.

      Au final, j’ai donc des jujubes contenant 0,5 mg de THC/CBD. Sachant que la SQDC suggère une quantité maximale de 2,5 mg, j’ai des jujubes qui ne sont pas très fort, mais qui me donne beaucoup de latitude. Je peux en prendre entre 1 et 5. Je me tiens généralement à 2, et c’est bien smooth.

      Pour les saveurs, j’ai utilisé des arômes d’orange et de citron. Pour les couleurs, j’ai pris du colorant.

      Bonne chance, et nous ne sommes vraiment pas responsable de quoi que ce soit qui se passe dans votre cuisine.
      La phrase ci-dessus a valeur légale, on l’a fait relire par notre notaire.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s