PFK ou St-Hub? Celui qui nous fera manger végé, il est pané!

Dans notre temps, et notre temps, c’était circa 2002 en même temps que Mixmania, quand t’étais végétarien, ben tu mangeais de la salade au resto parce qu’il n’y avait rien d’autre. Tu regardais tes amis s’empiffrer de steaks saignants panés dans de l’agneau haché avec un extra fromage et un rack de côtes levées en accompagnement et tu picossais tes cinq côrôttes à la vinaigrette Mille-îles, sans rien dire, parce que c’était la vie que tu avais choisie. 

Aujourd’hui, les végétariens veulent avoir la margarine, l’argent de la margarine et le cul de la margarinière. Ça veut pas manger de bœuf, mais ça veut quand même un burger. Ça veut pas manger de poulet, mais ça veut quand même des croquettes à tremper dans la petite sauce aigre-douce. Le capitalisme, qui ne s’en fait pas trop avec l’idée qu’on va faire des végétariens de gros bébés gâtés si on leur donne tout ce qu’ils veulent, arrive à leur rescousse.

Prolétaires de tous les pays, bourrez-vous la face!
– Karl Marx, Le Capital barbecue

À sa première lecture du Capital, Friedrich Engels aurait déclaré qu’il s’agissait d’une lecture aigre-douce qui le laissait sur sa faim.

Après le burger de pas-de-bœuf des restos orange et brun et le six pouces de boulettes de non-viande de la place où on mange frais (à moins de faire griller le sandwich, en quel cas on mange tiède), voilà que deux rôtisseries se sont récemment lancées dans les options sans viande mais qu’on va faire comme si. Plutôt que des rôtisseries, elles deviennent donc – et nous sommes très fiers d’inventer un nouveau terme qui fera, on le sent, fureur – des fauxtisseries.

J’ai assez hâte à la chronique de Patrick Lagacé sur ces néologismes jargonneux qui ne servent à rien!
– Caroline

Il y a St-Hubert, d’abord, qui propose des «lanières végé croustillantes», qu’on sert avec une sauce brune végé. Décrit comme ça, on dirait qu’ils parlent d’un céleri chaud tranché sur le long, mais ne vous inquiétez pas : il y a de la panure d’impliquée. Fiou!

Et il y a PFK, qui a finalement lancé au Canada son menu «à base de plantes» (feuilles, racines et fougères comprises), sous la forme d’un sandwich au pas-poulet ou de popcorn au poulet-pas. Pas de sauce brune végé ici, alors il faudra trouver autre chose pour vous boucher les artères. On suggère un shooter d’huile de coco.

Pour savoir quel resto offre le meilleure produit, Vas-tu finir a décidé d’organiser un grand combat des fauxtisseries (on vous le dit, ce mot-là va devenir super populaire, suffit d’insister assez!). 

St-Hubert réussira-t-il à nous faire oublier le fun qu’on a à manger son vrai poulet trempé dans sa sauce pleine de viande liquide et à boire 8 litres d’eau pis à en pisser -2 après parce que crisse que c’est salé? PFK arrivera-t-il à nous faire souhaiter que la gourgane soit une des 11 herbes et épices?

Caroline teste le Saint-HuVert

Avant même d’ouvrir la légendaire boîte jaune et rouge, une vérification s’impose. On regarde en d’sour d’la boîte : yup, le carton est graisseux, ça part ben! Une fois qu’on a fait une passe digne de la finale de Gladiator (le film avec les bobettes de cuir pis les p’tits glaives en plastique) pour enlever le sacrament de ciboulot de saint-crème de tie wrap qui nous empêche d’accéder au contenu (sérieux, on songe verrouiller notre vélo avec ça, c’est pas enlevable), on peut enfin laisser l’arôme de friture, de beige et de brun chatouiller nos végénarines.

L’impossibilité de recycler du carton aussi souillé d’huile est un gage de qualité pour notre paneur de poulailler national.

Parce que les bonnes habitudes ont la vie dure, on commence par un p’tit shooter de sauce avant de s’attaquer aux bâtonnets de grains entiers (qui pourraient donc théoriquement faire partie d’un déjeuner complet avec un peu de confiture et un jus d’orange). 

Ah ben ÇA PARLE AU YÂBE! C’pas de la sauce brune, ça, même si c’est brun, pis pas mal plusse brun que d’habitude. C’est de la sauce à hot-chicken! ON NOUS EN PASSE PAS UNE. On ferme les yeux pis on a le feeling de pain mouillé pis de petits pois tièdes qui nous remonte de l’hippocampe (le cerveau, pas le poisson féministe).

J’adore aller à l’aquarium pour voir un homme prendre sur lui de la charge mentale, même si c’est yienque un maudit poisson.
– Caroline

Bon, faque première déception. Là, les lanières, forcez-vous, viarge! À date, c’est 1-0 pour le poulet mort en sauce.

La panure est prometteuse et fait asscrounchequesscrounche sous la dent, même si elle se défait toute en morceaux à moitié dans l’assiette pendant que tu la manges. 

Bon déjà, arrêter de faire la critique PENDANT que t’as la panure en bouche aiderait.
– Mathieu «ferme ta bouche quand tu manges» Charlebois

«C’est mouuuuuu mais c’est touuuuuuuuut» s’égosillaient les Baronets en pensant aux lanières végé du St-Hub. Ça goûte la Suisse pis ton couple d’amis qui veut pas prendre de bord après votre rupture : neutre. C’est le mercredi de la fausse viande : moins plate qu’un lundi, mais assurément moins trippante qu’un vendredi vers 16 h 12. Pis un peu comme si tu soupais avec de la bourrure à divan suédois, t’es vraiment plein après 6 bouchées (8 si tu as une petite bouche, 3 si tu es membre honoraire des Grandes Gueules). C’est p’tête yienque meh, mais ça passe si tu veux pas avoir la mort d’un quart de poulet sur la conscience.

Me sentir un quart moins coupable dans la vie, c’est déjà ça de pris.
– Caroline «mes enfants pourraient manger mieux pis j’ai encore choké mon jogging» Décoste

Sur une échelle de mou à menoum, nous accordons au trio amarante/quinoa/millet, qui compose autant ces lanières que ton granola du matin, une note de «safalajob» et une belle étouelle de bronze pour «beaux efforts». Ce qui est déjà un score plus élevé que le premier bulletin du nouveau ministre de l’Éducation.

Espérons que Mathieu aura eu plus de fun et de dur avec le Colonel!

Pause pub : faux poulet, mais vrai soutien

Tu aimes nos textes comme St-Hubert aime échapper une salière dans chaque assiette? En ce cas, si tu en as les moyens, tu peux nous soutenir sur Patreon!

Les petits plus d’être un ou une mécène d’écrivains de la relève :

  • Tu peux lire nos textes 24 heures avant tout le monde (mais on espère que ça te prenne pas 24 h lire trois pages)
  • Tu reçois une infolettre spéciale tous les mois qui est un ramassis d’affaires sur lesquelles on a trippé pendant ledit mois (ça paraît pas toujours, mais on s’cultive!)
  • Tu nous permets de payer le livreur quand il arrive avec notre quart cuisse de tofu et frites de luzerne.

Une coche de plus pis on mettrait ta face sur un varibaril de tempeh!

Mathieu teste le PPFK (Pas-Poulet Frit à la Kentucky)

PFK ne présente pas ses nouveaux mets comme étant végétariens ou véganes, mais bien «à base de plantes». Ça fonctionne, mais s’il fallait qu’ils fassent pareil avec tous leurs plats («dégustez dès maintenant un délicieux sandwich à base de viande!»), on se demanderait tous qu’est-ce que ça cache.

Techniquement, un boeuf qui broute de l’herbe, c’est aussi à base de plantes.
– Caroline

Pour faire son poulet popcorn traditionnel, le Colonel plonge un grain de poussin dans de l’huile, et il le fait chauffer jusqu’à ce qu’il éclate en un magnifique grain de poulet. On pourrait croire qu’il suffirait de substituer le tout pour un grain d’herbe afin d’obtenir une option végane, mais il appert que non. 

Il a fallu aux chercheurs et aux scientifiques du Caporal des années de recherche (incluant de nombreuses tentatives de manipulations génétiques visant à créer un œuf qui donnerait naissance à un bloc de tofu) pour arriver à un mélange de soya, de blé et de gourganes faisant du cosplay de volaille. Vont-ils mieux s’en tirer que Subway et ses boulettes qui vont «au-delà de la viande», vers un infini non carné et plus loin encore? Les chances sont de leur côté, puisque, disons-le : on ne va pas chez le PFK pour le poulet. On y va pour la panure.

Haaaa, la panure du PFK. Y a-t-il une autre raison d’endurer le poulet un peu insipide qui se trouve sous la peau? S’il était possible d’acheter un baril de peau, juste de la délicieuse peau panée et frite sans le poulet insignifiant, on souperait avec ça tous les soirs.

On mourrirait jeunes, on mourrerirait huileux, mais on mourrarrerrirait heureux.
– Mathieu, panurophile impénitent

Et de la panure, sur un popcorn à base de plantes, y’en a en masse. Chaque petite boule présente un fantastique ratio panure/pas panure de 3:1 qui lui permet de goûter pleinement la panure, et donc le meilleur que les mythiques 11 épices ont à offrir (6 de plus que les Spice Girls, c’est impossible à battre). Que goûte le faux-poulet à l’intérieur? Bien peu. Il goûte le neutre, ce qui est remarquablement on brand pour PFK. 

Le sandwich est également assez réussi. Le faux-poulet pourrait être un brin plus juteux, mais comme il remplace de la viande blanche, qui est habituellement à peu près aussi chèche qu’un regard de Denise Bombardier, l’illusion est parfaite.

Quant à la mayonnaise, elle est végane elle aussi. Parce que massacrer des poulets par milliers chaque jour? OH YEAH! Mais casser des œufs pour en faire de la mayo? Hey, ho. Le Colonel n’est pas un monstre.

On a lu que la mayo était végane dans un article d’Angleterre, mais on ne sait pas si ça vaut pour le Canada aussi et, franchement, c’est ridiculement difficile à confirmer. On vous dirait donc de ne pas vous fier sur nous si vous voulez vraiment être véganes.
– Mathieu, qui est trop plein de friture pour faire plus d’efforts de recherche que ça, et Caroline, occupée à caler tout l’esker aquifère Saint-Mathieu-Berry pendant que ses reins digèrent son St-Hub

Vas-tu finir ton faux-poulet?

Qui est le gagnant de ce duel des fauxtisseries (OQLF, on attend ton appel!)? 

Assurément, le gagnant est…

LE POULET!

On peut faire des dizaines de burgers avec un seul cadavre de vache, mais si tu manges une cuisse de poulet et que le poulet en question a marché sur une mine quand il combattait les khmers rouges au Cambodge en 1971, ben y’en a pu, de cuisse sur le poulet. Il faut aller en tuer un autre. C’t’idée d’en avoir yienque deux!

La mode de la fauxtisserie va donc diminuer grandement la quantité de poulets qui passent à l’abattoir chaque année. La population aviaire va se mettre à augmenter encore et encore (cue la toune de Francis Cabrel, c’est que le début, d’accord, d’accord), jusqu’à ce que les volailles prennent le contrôle de la planète et que, dans le futur, un astronaute venu du passé qui est notre présent tombe à genoux sur une plage en voyant la statue de la Liberté et crie «You vegan maniacs! God damn you all to vegan hell!»

***

→ Pour être informé chaque fois qu’un nouveau texte débarque ici, inscrivez-vous à notre infolettre. C’est aussi gratuit et délicieux qu’une dégustation de soucisses au Costco. ←

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s