New Sourpatch Kids on the Biscuits

Hey, lecteur, te souviens-tu quand Vas-tu finir goûtait à des affaires louches pendant 30 secondes pour ensuite en parler pendant 3000 mots? 

Non? 

Es-tu tombé sur ce site à cause des Chefs! et de ton amour éternel pour Élyse Marquis? (Back off, on l’aime plus que toué. Compris?)

Ou alors as-tu googlé «fromage kraft singles date expiration» (réponse : jamais), «est ce que ce que tu manges fait crounch crounch» (des fois oui, des fois non), «elle se taponne» (la chanceuse!) ou «peakeuls» (c’est de l’orthographe rectifiée) et tu es arrivé ici par hasard et un peu confus?*

*Ce sont tous de vrais termes de recherche ayant mené à notre site, sans oublier «pas facile de s en sortir quand on es pauvres» (tu dis, toi, des fois, faut même goûter des affaires dégueu pour payer le loyer) et «moi si j’Étais capitaine» (tu ferais quoi, han? établirais-tu des conditions d’embauche assurant une vraie égalité et représentation raciale sur ton bateau? on espère que oui!).

Tout ça pour dire qu’avant, dans le temps pré-«notre nouveau passe-temps c’est de s’ostiner avec du monde qui disent qu’en portant le masque tu vas t’empoisonner avec ton propre respire (as-tu pensé te brosser les dents? c’est peut-être juste ça ton problème)», c’est ça qu’on faisait ici : manger des affaires louches. 

Maintenant que Les Chefs avec point d’exclamation sont repartis faire la vaisselle jusqu’à l’an prochain, Vas-tu finir revient à ses sources.

Et ça commence (maintenant!) avec…

CHIPS AHOY! MAYNARDS SOUR PATCH KIDS SÉRIE LIMITÉE

Truc de styliste culinaire de Josée Di Stasio : cadre tout en diagonale, ça a l’air plus appétissant qu’en réalité. Ça marche aussi avec les photos Tinder.

Ce sont des biscuits sucrés, mais ils sont aussi «surets». Pas surettes. Surets. C’est écrit sur le paquet (pas paquette, paquet). Ce qui n’est pas écrit, c’est le nom du trognon de pomme au marketing qui a lancé l’idée de fusionner deux des meilleures affaires au monde pour créer un monstre.

Moi, par exemple, j’aime Julie Masse et Gandhi. Je sens pas pour autant le besoin de voir ce que ça donnerait si on mélangeait les deux.
– Mathieu

Mathieu, prends bien garde à tes mots, prends garde à tes rêves, dis-toi bien qu’un jour, tout s’achève. [Grève de la faim.]
– Ghandi Masse

Vu que le Bureau d’enquête de TVA venait de terminer le gros dossier de filature d’une dinde entrée en collision avec une moto, on l’a mis sur le cas de faire la lumière là-dessus : à qui que c’est de le faute de, ces biscuits? Faut ben que ça serve à la société, des diplômes en journalisme, àmandné, viarge.

Et puis, surprise : ça nous vient du même gars qui a pensé mélanger la pizza et le ghetti! Ben oui! Aussi savoureux qu’un Fred Durst à calotte mélangeant rap et métal, ce plat qui a eu son heure de gloire dans un Mike’s en 1999 te donnait juste la moitié du plaisir de chaque plat au lieu de doubler ton bonheur, mais s’assurait de te garantir une haleine 100% beurre à l’ail. Un fail mathématique dans nos bouches qu’on a encore su’l coeur. 

Espérant réitérer son semi-succès à la sauce tomate en version sucrée, Il Signore Démi Guétti (le cousin italomontréalais de David Guetta) se serait pointé dans les bureaux de Monsieur Christie la bouche pleine de biscuits et de gummy bears surettes (pardon, surets) en postillonnant dans la face du sieur Christie que ça goûtait vraiment bon pour vrai. Crédule, l’équipe marketing (quel pléonasme) se serait dit que dans le doute, elle apposerait l’étiquette «Série limitée» afin de booster les reventes sur eBay. Une légende était née.

PRÉSENTATION SUGGÉRÉE

Ouvrir ce sac de Chips Ahoy!, c’est recevoir en plein nez une swiff d’odeur qui fait dire «Chips ayoye!». Ça sent le petit canard la patte trempée dans la poudre surette. 

Une amie infirmière nous a raconté qu’à l’urgence, on avait remplacé les tests de détection de la COVID par ces paquets de biscuits. Si tu ne sens pas l’odeur, bonne nouvelle : tu as perdu l’odorat à cause de la COVID.

Notre amie infirmière travaille non-stop depuis 5 mois.
Ça se peut qu’elle commence à délirer un peu.
– Mathieu

Entre sniffer ce sac une deuxième fois et me faire insérer un Q-tip de 12 pouces dans le nez jusqu’à la luette, m’a te prendre le Q-tip.
– Caroline

Peu importe comment tu décides de servir ton biscuit, que ce soit dans une assiette, directement sur la table, ou en lui faisant tenir la vedette d’un spectacle de music-hall avec des danseuses à plumes et un cracheur de feu, tu vas te buter au même problème : crisse, y a des pépites vertes dans ton cookie.

Des pépites vertes! Y’a pas un espuma de cacao à la fève tonka et à l’argousier, pas un agencement fancy dans une assiette avec un swoosh de sauce tout à gauche qui est capable d’éliminer l’impression que tu vas manger le cadeau en plasticine que ta fille de 4 ans vient de te faire.

Des biscuits parfaits pour ton prochain rave : ils peuvent servir de glowsticks et de solution de rechange si ton pusher de peach s’est fait épingler par la SQ.

Le chocolat blanc a ses critiques. Le chocolat rose ne fait pas l’unanimité. Le chocolat vert? On ne serait pas surpris que grand-pôpa chocolat l’ait déshérité. Qu’es-tu, chocolat vert? Une tentative de pousser l’enveloppe en pensant hors de la boîte et de nous envoyer dans le futur, ou la preuve que l’humanité est allée beaucoup trop loin et devrait virer de bord pis retourner se tapocher à coup de mailloches dans une grotte parce que le mammouth est trop cuit?

Pire encore, pépite verte, tu sembles contenir autant de chocolat que les Sour Patch Kids contiennent d’enfants.

D’ailleurs, ce sont les enfants à qui? Où êtes-vous, parents Sour Patch? Sûrement sur votre téléphone à jouer à Candy Crush, parce qu’à l’endos des paquets de jujubes, on trouve cette vignette franchement dérangeante :

C’tu juste nous, ou le p’tit jujube rouge a l’air de vouloir nous en crisser une dans face?
– Caroline, son set de clés entre les jointures

Hey, le rouge! La maxime, c’est mange ta main pis garde l’autre pour demain. TA main.
– Mathieu

Que se passe-t-il donc dans l’univers des Sour Patch pour que les enfants soient rendus à se manger entre eux? Que fait la Sour Patch DPJ?

DÉGUSTATION

Il est de ces états altérés où l’idée d’un biscuit suret et coloré nous ferait saliver, puis oublier de quoi on parlait, puis aller faire autre chose, avant de revenir à la cuisine et dire «Des biscuits aux jujubes! Je vais en manger 22.» Ce genre d’états altérés.

Vas-tu finir n’étant pas (encore?) commandité par la SQDC, ce biscuit sera consommé entièrement à jeun. Mais vraiment à jeun. Du type «j’ai des prises de sang prévues à 11h demain matin et je ne dois avoir rien bu incluant ma propre salive depuis le 12 février 2018 afin de ne fausser aucun résultat de ce qui sera prélevé de mon corps au bord de l’inanition» à jeun. 

Parce qu’en bas de ce niveau de pas avoir mangé, on ne voit pas pourquoi on mettrait des biscuits surets dans nos corps.

Le biscuit n’est ni mou, ni croustillant. Il est mi-figue, mi-raisin, deux fruits dont on s’ennuie soudainement alors qu’on les aime même pas tant que ça. Les petits morceau de jujubes, eux, penchent du côté sec-un-peu, mais aussi inquiète-toi-pas-on-va-te-coller-dans-les-dents-pareil, ce qui nous offre un pire des deux mondes assez moyen, un peu comme un remaniement ministériel contenant Simon Jolin-Barrette.

Que nous promettait donc l’emballage?

Surets? Un peu.
Sucrés? Pas mal.
Dévorés? Pousse pas ta luck, le biscuit.

VAS-TU FINIR TES BISCUITS SURETS?

Il y a des choses qui ne devraient pas être mélangées. Et, au risque de sonner comme si on réclamait un genre d’apartheid biscuitier dans l’Afrique du Sud des desserts, nous osons proposer un monde où les jujubes et les biscuits sont «séparés, mais égaux». 

On est mieux d’arrêter là, je pense qu’on est sur un chemin un peu glissant.
– Caroline

Ben voyons. C’est juste des farces. BLAGUES LIVE MATTER!
– Mathieu

Si tu continue, je vais faire le contraire de Rosa Parks pis débarquer ici.
– Caroline

Selon de grands spécialistes comme François «ma Rolex mon érablière moi en chest dans une douche froide» Lambert, la pauvreté est un choix. C’est pourquoi nous suggérons de mettre un paquet de Chips Ahoy! aux bonbons surets dans chaque panier d’aide alimentaire à travers la province. Y’a pu un pauvre qui va avoir envie d’être pauvre après avoir goûté ça. Un problème de réglé! 

Envoyez-nous un courriel si vous voulez qu’on règle à coups de biscuits les problèmes de sexisme rampant et de culture toxique dans votre entreprise de jeux vidéo : même les brodudes les plus récalcitrants ont tendance à finir par comprendre la notion de consentement quand on leur en sacre un dans la yeule sans qu’ils l’aient demandé.

LE TEXTE EST FINI, MAIS VOUS RESTEREZ BIEN POUR UNE PLOGUE?

Savais-tu qu’on était sur Patreon?

Le concept est simple : tu t’abonnes à notre Patreon, tu choisis un montant, et on le reçoit chaque fois qu’on publie un texte (on vise deux textes par mois). En échange, tu peux lire nos blagounettes avant tout le monde, tu reçois notre nouvelle infolettre aussi loufoque qu’exclusive aux abonnés et tu nous aides à payer notre loyer. 

C’est pas aussi excitant qu’une boîte de mini-quiches congelées, mais c’est pas loin!

***

→ Pour être informé chaque fois qu’un nouveau texte débarque ici, inscrivez-vous à notre infolettre. C’est aussi gratuit et délicieux qu’une dégustation de mini soucisses à l’épicerie. ←

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s