#48 – On a taponné les fausses boules du Subway (elles étaient consentantes)

Bien avant de devenir 1) un blogue qui suit l’émission Les Chefs! avec un point d’exclamation inutile 2) une secte vouée à l’adoration de Sainte-Élyse de la Marquis, Vas-tu finir ton assiette goûtait à toutes sortes de choses, afin de répondre à la question «Si tu manges ça, vas-tu finir ton assiette?».

En 2020, fiers de n’avoir pris aucune bonne résolution en lien avec un abonnement au gym, Caroline Décoste et Mathieu Charlebois retournent à leurs racines et comptent bien se muscler le maxillofacial en mâchant le pire, le meilleur et l’entre-deux de l’alimentation industrielle.

Et on commence ça en grand et en long (au moins six pouces de) avec…

Le sandwich boulettes Beyond Meat des restaurants Subway

C’est ce qu’on appelle dans le métier un «beauty shot».

Petit rappel pour ceux qui vivent encore dans le passé : 2019 était l’année du Beyond Meat. Tout était Beyond Meat, même Meat Loaf.

I would do anything for love
But I won’t eat that animal qui a souffert
– Beyond Meat Loaf

Sur Facebook, des groupes de véganes organisaient de l’importation illégale en provenance des States de faux hamburgers dans des glacières déguisées en boîtes de Twinkies bio cachées dans le coffre d’une Toyota Camry convertie à l’huile de patates frites.

L’hélicoptère TVA a capté des images de cocktails Molotov sans gluten pitchés par Extinction Rebellion sur les murs d’un A&W de Pointe-aux-Trembles en rupture de stock de Mama Fake Burger.

Même la chaîne Tim Hortons, toujours dernière dans les nouvelles comme quand elle a appris l’an passé qu’un sandwich chaud écrasé, ça s’appelait un panini, s’y est mise (juste assez longtemps pour que son stock pas mangé passe éventuellement date).

Dans les médias, on s’est empressés de nous rappeler qu’un simili-burger mégatransformé industriellement, ce n’était pas nécessairement bon pour la santé. Ce qui est vraiment plate, parce que nous, quand on va s’acheter une frite, une rondelle d’oignon et une grosse route bire, C’EST PARCE QU’ON VEUT MANGER SANTÉ.

Moé j’fais attention à la planète et à mon corps qui est un temple :
chus carbs neutre.
– Caroline Yogi Décoste

SCOOP (COMME UNE NOUVELLE ÉTONNANTE, PAS COMME L’ÉMISSION)(MÊME qu’ON AIMAIT L’ÉMISSION)(ALLÔ MACHA)

On sait de source sûre (d’un forum du dark web consacré aux vraies théories du complot, à la vente d’armes prohibées et aux actualités boulangères) que depuis des années, sans en faire la publicité, Subway offre à ses clients le Beyond Bread. C’est un pain qui n’est pas vraiment un pain, mais qui y ressemble juste assez pour bluffer quelqu’un qui n’a pas mangé autre chose que du trail mix depuis 4 ou 5 heures.

Comment a-t-on découvert cette supercherie? Premièrement parce que du vrai pain, ça ne pue pas quand tu en fais cuire.

C’est pas supposé puer, du pain qui cuit!
On est jamais allés sur la Lune pis l’italien BMT était une inside job.
– Mathieu «Jet fuel can’t faire puer du pain» Charlebois

Deuxièmement parce qu’une fois, on a échappé par terre notre trio 6 pouces pain italien fines herbes et fromage combiné de viandes froides fromage suisse grillé au four laitue tomates olives mayo moutarde un peu plus de moutarde steplaît sel poivre les huiles non c’est beau merci es-tu sûr oui oui c’est beau c’est tout en trio oui chips ou biscuits biscuits deux fois M&M pour apporter merci pis notre limonade a renversé, nos biscuits se sont effouarrés sur le carrelage brun de la station Angrignon mais le 6 pouces nous a rebondi dans la face. On a eu un œil au beurre noir pendant trois jours pis nos illusions brisées à jamais.

Non content de tromper tout le monde un peu tout croche comme notre ami Michel qui s’est inscrit à Ashley Madison avec son adresse courriel de job, Subway a récemment ajouté à son arsenal de ça-ressemble-à-ça-mais-c’est-pas-ça-tant-que-ça des petites boulettes de Beyond Meat.

Parce que les mathématiciens récipiendaires de la médaille Fields l’ont prouvé avec leurs travaux beyondpostdoctoraux en géométrie quantique : la forme idéale pour un sandwich fait sur le long, c’est la petite boulette ronde.

LA COMMANDE

Chez Subway, nous ne sommes pas servis par un vulgaire employé qui se lave les mains au minimum parce qu’il est rémunéré d’un salaire du même acabit. Celui qui fait notre dîner n’est pas qu’un prolétaire béotien. Non, madame. Non, monsieur. Non, [insérez ici la dénomination qui vous convient, on est ben open]. Chez Subway, ton gueuleton est préparé par UN ARTISTE DU SANDWICH.

J’aurais voulu être un artiste
Du sandwich le prenez-vous en trio
Quand le fromage se pose sur le rosbif
Dans un pain plat ou ciabatta
– Le blues de l’employé avec des dettes d’études

On commande désormais notre liqueur à un terminal Videoway high tech. Le futur, toué chose. On a de la misère à croire qu’on ne vit pas dans un roman d’Asimov.

Derrière la vitre toujours un peu scratchée avec de la buée dedans se trouve un Andy Warhol du six pouces. Un Banksy du poulet teriyaki aux oignons doux. Une Frida Kahlo du sel poivre les huiles. Un Michel-Ange du trop de mayonnaise pas assez de moutarde. Un David Altmejd de la sauce sud-ouest chipotle. Une Elisabetta Fantone du pour manger ici ou pour apporter.

Grâce à mon baccalauréat en arts plastiques et ma maîtrise en muséologie, je peux maintenant consacrer mes journées à mes vraies passions : faire de l’origami avec du pepperoni et du action painting avec de la vinaigrette ranch.
– Caroline Décoste, boursière de l’Académie des beaux-sénnouiches

Pourquoi mange-t-on leur art plutôt que de le placer sous une cloche en verre au Musée des Bozarts? Le mystère est entier. Néanmoins, à toi, employé du Subway qui s’apprête à faire de matières brutes un chef-d’oeuvre tranché sur le long, nous te disons «Salut l’artiste!». Et aussi, on te dit «M’as te prendre un six pouce boulettes Beyond Meat, steplaît».

J’vous vois tous des artistes du sandwich
Quand l’six pouces sort du grill et qu’ça fait pop
Veux-tu plus de mayo? Tiens-le, ça drip
Mets des gants sur tes mains, toé mon ti-clin
Prends ça!
– Claude DuBMT

LA DÉGUSTATION

Comme de vulgaires amateurs, des wannabes de la tartine, des ignares du casse-croûte, on a opté pour les boulettes sauce tomate. GRAVE ERREUR. Non seulement notre seule chemise propre qui a de l’allure a maintenant un criss de spot de sauce qui part pas juste au-dessus du toton gauche, mais en plus, on a forever dans la bouche un goût de spagat bolognese entre deux tranches de matelas mousse mémoire.

Pendant qu’on frotte compulsivement la tache tenace au-dessus de la titine gauche avec un papier à main brun qui se désintègre juste en le regardant, un peu de savon à main rose qui sent le CHSLD et l’énergie du désespoir, on se demande…

Qu’y a-t-il exactement dans du Beyond Meat? Qu’est-ce qui peut être au-delà de la viande? Pourquoi y’ont pas appelé les boulettes Beyond Balls?

Pourquoi Subway refuse-t-il encore le système métrique?
Pourquoi ne puis-je pas commander un 15 centimètres?
– Mathieu, qui ne comprendra jamais pourquoi on mesure les piscines en Fahrenheit et les pénis en pouces, mais tout le reste en centimètres

On ne sait rien de tout ça, mais on savait pas plus avant ce qu’il y avait dans du baloney pis ça ne nous a jamais empêchés d’en manger tout un paquet tiède, en bedaine sur le sofa un beau soir d’été.

On note aussi que notre Pablo Picasso du steak fromage a la décence de ne pas nous avoir offert de fromage végane pour aller avec la pas-de-viande-au-delà-de-la-viande. Le fromage végane, c’est ce qu’on appelle dans le milieu du mangeux de tourbe du fauxmage, un terme qui serait à peine acceptable pour quelqu’un qui ferait un cosplay de Melchior ou de Balthazar.

Sel, poivre, la myrrhe?
– Gaspard

Faux-mages. La pognez-vous? C’est pas bon comme blague, hein? Ben alors c’est comme le fauxmage : pas bon. Il serait temps que les véganes arrêtent de faire semblant qu’ils peuvent combler leur envie de manger du gras de vache fermenté en mettant deux tranches qui goûtent le vieux siège d’autobus Québec-Matane dans leur sandwich au simili-baloney (PARTEZ-NOUS PAS LÀ-DESSUS!).

Arrêtez avec le fauxmage! Vous vous faites du mal, les véganes. Pis si on a bien compris, le véganisme exclut toute forme de violence ou d’oppression envers les êtres vivants. Faque s’opprimer en se faisant croire que du jus de cajou pogné en tapon goûte au moins aussi bon qu’une beurrée de Velveeta, c’est comme antivégane. (Ou de quoi de même.)

Vas-tu finir ton sandwich avec pas de viande?

Alors que le Beyond Meat est capable d’être un chef-d’oeuvre lorsqu’il est déposé avec grâce entre les buns du Aédoublevé, la Beyond Boulette se révèle plutôt décevante lorsque garrochée entre les deux foams de divan d’un pain du Subway.

C’est un peu mou, au moins autant que nos muscles abdominaux après avoir rien crissé entre le 20 décembre pis le 7 janvier. La sauce tomate ne va pas super bien avec quoi que ce soit d’autre dans le chanouiche, pis on n’est même pas sûrs qu’elle-même va bien toute seule. (Ça va-tu, sauce? T’as l’air de manquer de pep, sel, poivre, les huiles, envie de vivre.)

Maintenant qu’il y a du Beyond Meat partout, du burger de l’un au Timatin de l’autre, la Beyond boulette se retrouve à goûter un peu générique. Et pas le genre de générique avec des scènes supplémentaires et des bloopers qui te donne envie de rester jusqu’à la fin : juste un générique plate avec les noms du comptable de production et du concierge des studios qui défilent.

Le sandwich Beyond Meat, c’est exactement comme 2020, si le bœuf d’élevage industriel était 2019 : on espérait vraiment que ça soit full hot, pis finalement à date c’est assez bof. Comme nos destinées n’ont pas changé sur le coup de minuit, le Subway n’a pas arrêté overnight d’être un peu deg’.

Vous connaissez la théorie du biscuit de Schrödinger? C’est un biscuit qui est en même temps brûlé en dessous, pas assez cuit en dedans, mou en surface mais pogné ben dur tout le tour.

>> Pour être tenu au courant de nos activités, inscrivez-vous à notre infolettre ou passez sur notre page Facebook. Pour nous ignorer copieusement, désabonnez-vous de notre infolettre. <<

Une réflexion sur “#48 – On a taponné les fausses boules du Subway (elles étaient consentantes)

  1. En tant qu’ancien artiste du samouiche, je confirme que c’est pas le pain qui sent la marde, c’est l’assaisonnement « fines herbes italiennes et fromage » qu’on doit domper les pains dedans.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s