Les Chefs 2018, épisode 1 : sel qui va

D’habitude, Caroline Décoste et Mathieu Charlebois goûtent pour vous à des produits d’épicerie. Cet hiver (as if qu’on est le printemps, tabarslache), ils écoutent plutôt le retour du comeback des Chefs dans sa mouture fine pour cafetière espresso 2018.

… à aller aux glissades d’eau?

C’est votre première fois ici? Laissez-nous vous expliquer comment ça se passe :

Douze concurrents donnent tout ce qu’ils ont pendant des heures pour concevoir des plats qu’on n’arriverait pas à cuisiner même si Daniel Vézina venait passer ses bras dans nos manches de chandail pour le faire à notre place comme si on était les marionnettes d’À plein temps. Ils passent ça à la télé. Nous, on rit d’eux autres.

Et ça commence…

Hein? Pas «maintenant»? Estiche, Élyse, RESPECTE LE PRODUIT!

LES PRÉSENTATIONS

Bonsoir Élyyyyyyyse! Hé crimpof qu’on avait hâte de dire ça, ça fait huit mois qu’on se salue tu-seuls dans notre cuisine pis que personne nous répond.

Première étape : on apprend à connaître les aspirants-chefs et à oublier d’un seul coup plusieurs prénoms. Heureusement, la production a eu la bonne idée de sélectionner des candidats avec le même nom que des concurrents de l’an dernier, c’est bon pour notre Alzheimer.

Frédérick, c’est celui avec des gros tattoos qui croise les bras.

Tattoos? SHOOTER!

Adam, c’est celui qui a des petits bras croisés avec de l’encre dessus.

On ne finira jamais cet article à jeun. SHOOTER!

Après deux shots de sambuca, on en est aux questionnements philosophiques. Est-ce que c’est la cuisine qui donne le goût du tattoo, ou le tattoo qui donne le goût de la cuisine? Qu’est-ce qui est venu en premier, le tattoo d’œuf ou le tattoo de poule?

Ashley, c’est LA FILLE avec UN tattoo. Enfin, un peu de variété!

On vient clairement de péter le .08. SHOOTER.

Clément, c’est le Français «méticuleux voire chiant» (pléonasme) qui a 60 % plus de surface de peau grâce à un crâne dégarni, mais qui n’en profite même pas pour y mettre un paquet de tattoos.

Meehhhhh! C’est même pas un vrai chef.
Pis c’est écrit «garde-manger» dans sa bio.
– Caroline, déjà un peu éméchée

Rémi, c’est celui qui est imitateur de Chuck Norris et Fabien Cloutier à temps partiel. Disponible les week-ends pour venir péter des planches et faire une joke en sacrant dans vos fêtes d’enfants et showers, parce qu’y’a rien qui dit plus «Bienvenue au monde, bébé» qu’un gars qui peut à la fois cuisiner le gâteau en forme de couche pis faire la split entre deux avions à la fin de la soirée en criant «tabarnak» avec un accent de la Beauce.

Mélodie, c’est celle qui travaillait dans la mode avant, mais qui s’est inscrite à l’ITHQ après avoir regardé Les Chefs. Elle ne l’a pas dit, mais c’est l’écoute du téléroman Diva qui l’avait amenée en mode. Bref, ne lui faites pas écouter Bob le Bricoleur, parce que vous risquez de la voir retontir sur un chantier de construction.

Xavier, c’est le chum de l’un, et Paméla, la blonde de l’autre. On est déjà sur un pool pour déterminer qui quittera la brigade en premier et gardera la mijoteuse.

Un couple dans Les Chefs, maintenant. Check ben ça : l’an prochain, l’émission est à Bali et Élyse a un man bun.
– Mathieu

Andrée-Ann, c’est celle qui est tellement timide qu’elle n’ose même pas finir d’épeler son prénom.

Antoine, c’est le gars qui veut faire simple. On lui conseille de ne pas s’en vanter au Saguenay.

Quant à Laurent et Marc-Antoine, ce sont des gars. (On a passé à peu près 45 secondes avec eux à date, laissez-nous une chance, on n’a pas encore eu le temps de s’attacher.)

Et ce soir, on aura appris le nom et la bio de l’un d’eux pour absolument rien. Mais d’abord…

LE DÉFI

Comme Daniel, on est vraiment «fibriles» de découvrir quel produit de commanditaire sera plogué ce soir. Et il semble que ce commanditaire soit… la compagnie qui fabrique le sel qui se vend en grosses poches au Canac!?

Toujours est-il que les concurrents doivent concocter une longe d’agneau en croûte de sel.

Les trottoirs de Montréal étaient en croûte de sel lundi. Tout un coup de pub, pareil.
– Mathieu

J’ai mis 2-3 longes d’agneau dans mes escaliers pour pas que le facteur glisse.
– Caroline

En gros, c’est un plat qui consiste à prendre un morceau de viande qui ressemble à ce que se commande Fred Caillou dans le générique des Pierrafeu, d’enlever les os, de rouler ce qui reste dans du sel et d’espérer que celui qui a commandé ça ne fait pas de haute pression.

Il y a tellement de sel dans le défi de la semaine que Gandhi aurait pu venir y faire sa marche. Il aurait rushé avec sa grève de la faim, par contre.

Paraît même que la production a sans cesse dû repousser les chevreuils qui venaient lécher les assiettes. Déconcentrés par les attaques de cervidés, les candidats ont eu de la difficulté à tout faire, incluant respirer.

Essaie par le nez, ma grande.

Un des candidats a presque pleuré à un certain moment, comme si sa croûte de sel avait besoin du sel de ses larmes en plus. Une autre concurrente nous a plutôt initié au juron «tabarslache», qu’on compte utiliser le plus souvent possible à partir de désormais.

Plusieurs n’ont pas saisi leur viande, ce qui a saisi les juges en tabarslache. On a d’ailleurs dû réanimer juge Laprise pendant la pause après qu’un aspirant-chef a enlevé la croûte de sel pour recommencer, insatisfait du résultat. Normand, on te souhaite un prompt rétablissement et on te fait un gros câlin.

C’est un gif animé. Normand était complètement catatonique.

Les mots «désastre» et «veux-tu ben me dire quossé qu’a fait là la crisse de folle?» (on paraphrase) ont été prononcés à de nombreuses reprises par les juges. La plupart des plats avaient tellement pas l’air mangeables que Pasquale et Élyse se parlaient déjà de la taille du Big Mac qu’ils allaient se taper après l’émission.

On voit qu’Élyse a assez faim pour un double, vu que sa face travaille en double cette semaine. Pasquale, lui, demande toujours qu’on enlève les p’tits pickles.

Quinze minutes avant la fin du défi, tout le monde sort son p’tit thermomètre pour vérifier si l’agneau fait de la fièvre, sauf une candidate qui y va avec la bonne vieille technique d’y mettre la main dans le front.

On peut-tu y donner du Tylenol s’il file pas?
– Mathieu

J’ai jamais vu autant d’excitation à checker un thermomètre agnal de ma vie.
– Caroline

Dans les 5 dernières minutes, y’a des aspirants-chefs qui sont au bord des larmes parce que c’est trop cuit, certains qui reniflent parce que c’est pas assez cuit, d’autres qui sautillent devant le four, d’autres qui crient de fermer le four, Élyse qui s’énerve parce qu’une candidate remet sa longe au four et Pasquale qui se félicite parce qu’une autre candidate remet sa longe au four.

On est fourrés en tabarslache.

On n’en passe pas une à la face d’Élyse.

Grosse twist à soir, digne d’un scénario de M. Night Shyamalalaland, les juges considèrent que beaucoup de plats sont trop salés et Pasquale nous offre le premier christianbéginisme de la saison avec son «correct».

On a fait 8 bingos d’affilée juste au niveau de la croûte pis au niveau de l’agneau. On se croirait dans Les rénos d’Hugo tellement tout était au niveau.

J’ai trouvé que c’était pas le festival tomates-épinards ce soir.
– Daniel (fo real)

En troisième position de ce premier défi : Laurent, le gars qui a un beau toupet. En deuxième position, Antoine, le gars qui a un ti peu moins de toupet. Et le gagnant? Rémi-Chuck Cloutier-Norris, qui cache son toupet avec un bandana, probablement pour channeler le talent d’Ann-Rika, gagnante de l’an dernier.

Les statistiques sont pas du bord des filles à souère, alors que 50 % des aspirantes-cheffes se retrouvent au duel de «celles qui ont moins bien réussi ce soir», le tendre euphémisme d’Élyse pour dire qu’elles ont foiré solide.

C’est donc un «duelle»?
– Mathieu, champion de la féminisation

Y’en a une qui était surprise pour vrai de se ramasser là.

LE DUEL

L’une de vous devra quitter la brigade et ne jamais être reconnue dans la rue, ever.
– Élyse Marquis

Les scripteurs des Chefs ont sorti leur générateur de duel aléatoire, ils ont spinné quelques roues, lancé des dés et pitché des fléchettes sur un mur de photos de produits et le résultat pas rapport est le suivant :

Une entrée de boudin, accompagnée de pommes caramélisées avec une sauce parfumée au chocolat, en 15 minutes

Mélodie est la porte-parole de tous les téléspectateurs, mais nous on aurait ajouté un «tabarslache» après.

Il leur restait assez de temps pour faire ma déclaration d’impôts en même temps, franchement.
– Caroline, not impressed

Juge Vari a félicité les gurls d’être restées calmes devant un tel défi de marde : «Aucun stress, pas de panique». Coudonc, Pasquale, as-tu changé de poste pendant le duel? Tout le monde avait le gros nerf dans le tapis du Redbull!

VAS-TU FINIR TON DUEL?

Si tu t’appelles…

… tu vas devoir aller chanter ailleurs.

Elle a eu la mauvaise idée d’égrener son boudin. Si ça a fait rigoler les téléspectateurs à l’esprit mal tourné, les juges, eux, trouvaient que ça ne respectait pas le niveau du produit.

– Ce soir, beubé, je t’égrène le boudin.
– Toi, tu sais parler aux femmes

Ça va aller, Mélodie, tu pourras retrouver Cannelle et Pruneau dans ta prochaine recette, juste pas aux Chefs.

À l’atelier de coach Vézina, les concurrents commencent par picoler de la broue avant d’apprendre à faire un stégosaure en pâte de sel.

Le bricolage de la semaine au CPE Les petits Vézina.

LA SEMAINE PROCHAINE…

Même chefs-heure, sur la même chefs-chaîne, nos chefs-aspirants-chefs-oui-chefs devront cuisiner un chefs-jambon à l’ananas.

Du jambon à l’ananas. Vraiment. On a bon espoir de voir de la pizza hawaïenne gastronomique avant la fin de la saison.

Et l’aspic en finale!
– Caroline, enthousiaste, brandissant son moule Tupperware

BONUS BINGO!

Encore une fois cette année, le Bingo des Chefs conçu par Michelle Deschênes est le compagnon parfait de vos soirées. Amusez-vous bien!

Pour être informé chaque fois qu’un nouveau texte débarque ici, inscrivez-vous à notre infolettre ou passez sur notre page Facebook. C’est aussi gratuit et délicieux qu’une dégustation de mini soucisses à l’épicerie.←

***

Le gag de Mélodie de Passe-Partout a été fait à de multiples reprises, mais on l’a piqué d’abord chez Christiane Campagna.

Publicités

6 réflexions sur “Les Chefs 2018, épisode 1 : sel qui va

  1. Quand un jeune me dit qu’il veut devenir chef je lui donne trois conseils: 1- Se faire tatouer les bras, 2- Apprendre à étendre du coulis au fond d’une assiette, 3- Suivre un cours de cuisine (au cas où il serait tenté de participer à l’émission des Chefs). C’est quand même une bonne émission. Mais quand j’ai vu la concurrente qui ne savait pas c’était quoi du boudin, je me suis dit que la cuisine était quand même assez loin d’elle! Va-t-elle retourner en décoration?

    J'aime

  2. Vraiment, votre humour me rejoint à 100%, rarement autant ri (à part quand j’avais dix ans et que je découvrais Astérix, tsé, quand c’était bon) en lisant. Finalement, je m’ennuyais plus de vous que de l’émission.

    J'aime

  3. Tabar…que j’ai ri. Vous partez drette avec le Châteaubriand de la chronique, ben hâte de continuer à vous bouffer le vocabulaire.
    Shoooooter!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s