#33 — Les Chefs! : le retour de l’espuma prodigue

Bonsoir Caroline! Bonsoir Mathieu! Bonsoir Vas-tu finir! Bonsoir Les Chefs!

Caroline Décoste et Mathieu Charlebois goûtent pour vous à toutes sortes de choses, afin de répondre à la question «Si tu manges ça, vas-tu finir ton assiette?». Mais cette fois-ci, on prend une croque du pitonneux pis on vous jase de tivi.

Le palmarès des pires idées télévisuelles de tous les temps va comme suit :

En quatrième position : Heil Honey, I’m Home, une sitcom mettant en vedette Adolf Hitler dans une vie de banlieue rangée. Oui, ça a vraiment existé.

En troisième position : Fred et Cie, l’émission d’été de Radio-Canada où les plus laides marionnettes au monde menaient des entrevues avec des personnalités. Pourquoi des marionnettes? Parce que déjà en 1994, on avait fait le tour de tous les concepts télé possibles.

En deuxième : nous priver des faces de Marc Hervieux en ne ramenant pas Cap sur l’été.

hervieux

Trois secondes de télé, un visage, 23 expressions.

Et la pire erreur de toutes : jouer avec le concept original, parfait, de l’émission Les Chefs! à Radio-Canada.

Vraiment. Pourquoi ne pas aller dessiner une moustache sur La Joconde, tant qu’à y être? De la saison précédente, il ne nous reste qu’une vague impression de ne pas avoir eu de fun, et le souvenir de n’avoir aucun souvenir des participants ou même de qui a gagné.

Un gars avec des tattoos?
– Caroline

La fille qui jouait dans Virginie?
– Mathieu

Et on ne vous parle même pas du Combat des villes, émission si ennuyante qu’il aurait été plus intéressant de regarder des maires débattre des vertus de leur patelin pendant une heure à la place.

Pas besoin de vous dire qu’on était vraiment heureux du retour de la formule originale des Chefs!. Alors? Qu’est-ce qu’on en a pensé? On vous dit ça dans…

5
– Caro
4
– Mathieu
3
– Caro
2
– Mathieu
1
– Caro

PRÉPARATION

Pour se préparer comme il se doit à ce grand festin télévisuel de l’été, Caroline a couru l’autre bord de la rue jusse avant le countdown de Radio-Can pour se procurer l’essentiel de la petite foodie prête à twiver devant son émission préférée : un sac géant de Cheetos pis un Pepiss Rétro.

Mathieu, lui, s’est fait aller l’émoi adolescent quand Elyse Marquis, la chix de Télé-Pirate! la sirène d’Enfanforme! la sulfureuse constable Roch Forest de SQreté 5-0!, l’a interpellé sur Twitter à savoir s’il allait être devant sa tivi. Il y était. Il y est encore d’ailleurs.

elyse

Je serai où tu veux, quand tu veux.

PRÉSENTATION SUGGÉRÉE

Quand tu es un nerd de la nourriture, Les Chefs, c’est un peu ton Star Trek ou ton Doctor Who. Et qui dit «nerd» et «Star Trek» dit… oui, célibataire, mais aussi : COSPLAY! C’est pourquoi Mathieu a écouté l’émission dans son costume d’Elyse Marquis, et Caroline a fait de même habilement camouflée en Thermomix.

Cosplay-Vast

On se croise au Comic Con, gang!

DÉGUSTATION

À vrai dire, on serait bien embêtés de vous résumer l’émission, trop occupés que nous étions à beurrer notre clavier de Cheetos pour pondre des niaiseries sur Twitter. On a le vague souvenir qu’il y a eu de la pieuvre au menu, des pommes de terre du jardin de la duchesse Kate pis ben de la musique mélodramatique.

Si je me fie à la musique, on arrache le cœur du perdant du défi
dans une cérémonie occulte.

– Mathieu

Essayons quand même.

Déjà, dès les premières minutes, on retombe sous le charme. Elyse est là, avec son chandail qui dit «ve», et nous aussi, on ve. On ve comme jamais.

vas-tu-ve

Daniel est là, avec son regard de braise, prêt à faire paniquer les concurrents en leur parlant du chrono toutes les 42 secondes.

Vas-tu-sexy
Wrrrrouaouuuuur!

J’aimerais ça que Daniel Vézina me regarde
comme il regarde la caméra dans le générique d’ouverture.

– Caroline, visiblement sous le charme

Début de saison oblige, les candidats sont nombreux (il y en a au moins… une copeule). Heureusement que leur nom est écrit dans leur dos, parce qu’on ne serait pas encore capable de tous les identifier juste avec leurs tattoos.

Premier défi : de la pieuvre grillée et une coquille Saint-Jacques avec des pommes de terre duchesse

Pour célébrer le 150e du Canada, on aurait pu les envoyer dans la cuisine d’un Tim Hortons, mais on a plutôt eu l’idée de leur faire utiliser des produits d’ici. Bref, pas mal comme d’habitude, mais avec une subvention du fédéral en plus pour avoir plogué le sesquicentenaire.

Fait intéressant : le terme sesquicentenaire est la chose la plus intéressante
du sesquicentenaire de la Confédération.

– Mathieu

Vas-tu-grimace

Chaque fois que Pasquale grimace, SHOOTER!

Rapidement, on apprend que si on ne fait pas bouillir la pieuvre, elle devient coriace. Elle est alors plus difficile à mastiquer, mais elle est aussi féministe avec un K pis deux S, ce qui est quand même cool.

Quant aux pommes de terre duchesse, c’est assurément le meilleur plat à servir avec un kir royal, un poulet à la king et un gâteau Reine-Elisabeth, mais personne n’y a pensé ce lundi. Ce n’est pas la seule occasion manquée, puisque la concurrente de Québec n’a même pas profité de l’occasion pour faire des pommes de terre duchesse du Carnaval. Tant pis.

Hein? «Fanny, de QUÉBEC»?
OK, arrêtez la compétition, elle a mon vote, c’est fini.
– Caroline, patriote régionale

Fidèle à son habitude, Daniel passe l’heure du défi à annoncer aux concurrents qu’il leur reste 1 heure, puis 52 minutes, puis 50 minutes, puis 44 minutes, and so on. Heureusement qu’il n’est pas en charge du compte à rebours du Nouvel An, il commencerait en juin.

Vas-tu-5

Même en gif, c’est stressant.

Les cinq dernières secondes du défi sont insoutenables alors que, comme un vieux couple super cute, Daniel et Elyse se relaient pour compter les secondes pendant que les aspirants-chefs gorrochent tout ce qu’ils peuvent dans l’assiette en appelant ça une présentation déconstruite.

Les juges se mettent à table

C’est à ce moment qu’on découvre que c’est vraiment le retour de la bonne vieille formule des Chefs : un concurrent a sorti l’espuma. SHOOTER!

vas-tu-rage

L’espuma : pour quand tu veux donner l’impression que ton plat a la rage.

– Faque j’ai mis un esti de puma…
– RWWWWWAAAAAAAAAAAOUR!
– Un espuma, moron.

Difficile d’entendre l’expression «au niveau de sa coquille» sans penser que le juge parle de l’appétissant entrejambe d’un joueur de hockey. La majorité des concurrents sont arrivés à mettre la bonne proportion de duchesses dans leurs pommes de terre. Bravo.

N’ayez pas peur de mettre des condiments.
– Pasquale Vari

Ha ouin? *Dompe une tasse de relish dans son plat.*
– Aspirant-chef

Le problème avec les condiments, c’est qu’il y a un risque de dérive.
– Mathieu, poète en résidence (cheu eux)

Le gagnant de ce premier défi? Hum, un grand gars avec des tatouages, messemble, qui a bien respecté le produit et le protocole royal en ne regardant jamais sa patate directement dans les yeux. Ou plutôt, comme tout est commandité par l’Italie cette année, on peut féliciter grando signore aveche il tattoos pour son respecto di producto.

Pasquale a tenu à souligner que le gagnant (une personne de sexe masculin avec les bras encrés) n’avait pas fait «de flaflafla» dans l’assiette.

Moi je danse le flaflafla tous les jeudis soirs
au centre communautaire.
– Caroline

Duel : une salade tiède de cœur de bœuf

Salade tiède? Si ça avait été nous, on aurait simplement pitché de la laitue dans le micro-ondes 20 secondes et merci bonsoir. C’est probablement pour ça que nous on est dans le salon et eux dans la télé.

Vas-tu-ish

La face de Pasquale a de la concurrence!

La présentation «un peu plus rustique» (lire : «y’a gornotté toutte dans l’assiette sans couper la laitue bicôze pas le temps») n’a pas suffi à sauver Olivier. Son cœur était un petit peu trop épais, et si c’est vrai que le cœur devient moins lourd quand on est en amour, l’amour de la cuisine ça ne compte pas.

«Ton cœur était trop épais
T’as voulu faire une vinaigrette au beurre
Ça se fait,
Mais c’est assez rare»
– Jean-Luc Boulay, nouveau parolier d’Avec pas d’casque

Au revoir, Olivier.

Vas-tu-Fallen

May the Thermomix always be in your sous-vide.

Et maintenant… C’est terminé, on ne touche plus à rien! C’est l’heure du verdict.

Vas-tu finir ta saison?

Pour faire une critique qu’étonnamment aucun juge n’a encore faite : ce premier épisode des Chefs! avait un bon p’tit goût de revenez-y.

Tout y était :

– L’inquiétude sincère d’Élyse Marquis devant le chronomètre pis le «oh mon dieu y reste donc ben pas de temps va-t-il finir à temps va-t-elle finir à temps» imprimé dans son doux visage pour toute la deuxième demi-heure
– Le toujours-pas-à-l’aise-malgré-des-années-à-la-télévision de Daniel Vézina
– Les grimaces de dégoût de Pasquale Vari (SHOOTER!)
– L’optimisme de Normand Laprise devant les recrues-aka-son-futur-staff-au-Toqué
– Le besoin viscéral de respecter le produit, surtout celui marginalisé, de Jean-Luc Boulay
– L’obsession de la cuisson sous vide des concurrents

Bref, c’était tellement comme dans le bon vieux temps qu’on avait l’impression d’écouter Les belles histoires des pays d’en haut, famine en moins. Va-t-on finir la saison? Tout à fait! Surtout qu’on a préparé un amusant bingo!

Tu peux utiliser des Cheetos comme pichenottes, ou juste des verres à shooter.

→ Pour être informé chaque fois qu’un nouveau texte débarque ici, inscrivez-vous à notre infolettre. C’est aussi gratuit et délicieux qu’une dégustation de mini soucisses à l’épicerie. ←

Publicités

2 réflexions sur “#33 — Les Chefs! : le retour de l’espuma prodigue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s