#15 — Pout pout pout… poutine inversée?

Mathieu est hystérique. Attachez-le kekun.

Caroline Décoste et Mathieu Charlebois goûtent pour vous à toutes sortes de choses, afin de répondre à la question « Si tu manges ça, vas-tu finir ton assiette? »

Tout d’abord, célébrons avec fanfare et feux d’artifice le retour de Caroline qui, déjà lassée de son poupon au bout de trois mois, n’a pu résister à l’alléchante proposition de déguster les boulettes à Danny.

Au menu :

LES BOUCHÉES DE POUTINE DE ST-HUBERT
poutine-1

Là, pas besoin d’appeler Danny St Pierre pour lui dire que St-Hubert lui a volé sa recette de poutine inversée ni de l’inviter au micro de Catherine Perrin pour qu’il règle ses comptes en ondes (anyway, y’a pas de framboises dans sa poutine). De un, il est ben trop occupé à chercher un moyen d’inverser d’autres plats, comme la tarte Tatin que les pommes sont en dessous.

J’ai hâte de goûter à son remis-su’l-sens-du-monde à l’ananas.
— Caroline

st-pierreDe deux, il a travaillé avec St-Hubert sur ce projet. Big shot de même.

C’est comme rien, il devait être invité au mariage de Snydadeau.
— Mathieu

Maintenant que toute inquiétude autour de la paternité intellectuelle des boulettes est apaisée, on peut passer au vif fromagé du sujet sauce brune : la poutine.

On ne trouve pas de mets plus québécois que la poutine, à part peut-être un steak de René Lévesque avec une sauce à l’érable servi sur un lit de chialage que les routes sont en mauvais état pis que l’hiver en finit pu d’finir. Pourtant, depuis quelques années, les Canadiens anglais s’acharnent à se faire croire qu’il s’agit d’un mets bien canadien, dont ils peuvent être fier d’un océan à l’autre. Fort, fier, libre, brun, comme le dit le slogan.

Un chèque de la PUGE = 45 poutines. Votez pour nous.
— Stephen Harper

Et si on essayait avec de la sauce orange?
— Thomas Mulcair

Moi, je l’aime à l’italienne. #changerensemble
— Justin Trudeau

What?
— Elizabeth May

La poutine, tradition canadienne? Tout comme l’idée de mettre une peltée de sauce brune avec une poignée de fromage sur des frites en se disant que ça va être bon, c’est pas mal n’importe quoi. Faque…

Cher Canada,

Tu pourras commencer à prétendre que la poutine est un mets canadien quand tu seras capable de dire son nom sans avoir l’air de parler punjabi. En attendant, il te reste le bacon canadien. Peu importe ce que c’est supposé être.

Bien à toi,

Le Québec

Et maintenant, assez de niaisage, jasons boulettes! Mais d’abord, si vous le permettez, encore un peu de niaisage.

LA POUTINE VIRALE

Quand Vas-tu finir a partagé la photo d’une boîte de Bouchées de poutine sur Facebook, l’Internet ne se pouvait plus. S’il avait fallu que Marilou annonce qu’elle était enceinte de ces sphères parmentières, l’Internet aurait explosé.

En plus des « Wow » et des « OMG » (« Oh, Mon Gras », pour ceux qui ne parle pas le jeune), deux types de commentaires sont revenus encore et encore.

Un premier groupe d’internautes faisait une moue de dégoût devant la photo sur la boîte, qui ose présenter une boule de poutine fendue en deux, laissant couler lascivement son contenu sur la pantry.

« Yeurkkkkk ca la pas laire bon!!! Cé un dégueus. », déclara un internaute dont le français écrit, pris de maux de cœur, était allé prendre l’air pour ne jamais revenir.

Il est vrai qu’en fait de beauté, la poutine, traditionnelle ou inversée, a plus à voir avec l’œuvre contemporaine à laquelle tu ne comprends rien qu’avec Degas ou Murielle Millard. Sauf que, justement, c’est pas fait pour être beau, c’est fait pour être gras.

Ce qui nous amène au deuxième commentaire récurrent : « c’est pas très santé ».

Check ben, mon grugeux de céleri déshydraté à froid : c’est pas un smoothie de fougères, une salade d’air sauvage ou des craquelins bio à saveur de gyproc. C’est de la poutine. T’as pas à compter les calories avec une poutine, juste ton p’tit change pour savoir si tu peux l’arroser d’un Pépessi.

Et puis… « Mauvais pour la santé », dites-vous? « PANTOUTE! », réplique la boîte du saint poulet, indiquant que ces boules sont une fière « source de calcium ». Kin toué.

Scram, Activia! Les boulettes s’occupent de mon ostéoporose.
— Caroline, tannée de la tyrannie du yogourt

Fuck les berlingots de lait dans les écoles, on tient une meilleure idée !
— Mathieu, futur nutritionniste et ministre de l’Éducation

PRÉPARATION ET PRÉSENTATION SUGGÉRÉE

poutine-2

Voici une photo de nos boules. (Une phrase qui devrait vraiment aider le référencement de ce site.)

Préparer la bouchée de poutine est simplissime : il suffit de les retirer de l’emballage (jusque-là, tout le monde suit?) et de les faire cuire de 8 minutes à 8 minutes 30. St-Hubert se dégage de toute responsabilité advenant le cas où tu laisserais les boulettes 15 secondes de plus. #vivredangereusement

Il est indiqué sur la boîte que l’on peut aussi les faire frire, mais rendu là, c’est pratiquement de la cuisine. Pis si y’a ben une seule raison d’acheter de la poutine en boulettes, autre que parce que t’écris un blogue, c’est parce que t’as pas envie de te faire chier avec des choses compliquées comme manipuler de l’huile en feu ou le numéro des pompiers. Non, mais!

st pierre

— Danny St Pierre, 20 ans d’expérience comme utilisateur de friteuse et nouvel habitué de la page Facebook de VTFTA

On suggère sur la boîte que c’est un « délice à déguster en famille ou entre amis ». T’as donc techniquement entre 8 minutes et 8 minutes 30 pour fonder une famille ou te faire des amis. DÉGUEDINE! Sinon, tes boulettes ne seront pas délicieuses et tu finiras ta vie comme la boîte, seul.

poutine-3

Une fois sortie du four, les instructions nous disent d’attendre deux minutes. « Quoi? Il faut attendre deux minutes encore pour les manger? C’est un snack ou c’est Guantanamo Bay, ce truc? Cessez la torture, je veux ma poutine MAINTENANT! »

Du calme, jeune inconscient! Cette période d’attente t’évitera d’avoir à te faire payer une greffe d’intérieur de joue par la Fondation des grands brûlés.

DÉGUSTATION

Si tu n’es pas profondément érotisé par cette photo, tu es fait de glace.

Si tu n’es pas profondément érotisé par cette photo, tu es fait de glace.

Profitant d’une divine proportion digne d’une toile de grand maître italien, la boulette est parfaitement adaptée, en taille et en forme, à la bouche. Nul besoin d’ouvrir trop grand, pas d’espace perdu à l’intérieur des joues, aucun risque de s’en mordre une en pleine précipitation : entre la langue et le palais, la bouchée de poutine s’y imbrique tel le morceau manquant d’un hostie de puzzle de 3000 morceaux. Il ne reste à appuyer pour en faire gicler tout le chaud jus.

Tout cela est fort bien, mais goûte-ce-le-t-il vraiment la poutine? Merci à la sauce brune, oui, on peut dire que ça goûte la poutine.

Merci, sauce brune!
— Mathieu, type sauce

Sauf que… L’enrobage a peut-être plus en commun avec la chapelure qu’avec la patate, le fromage n’a pas scouiqué (paraît que c’est normal) et la sauce est un peu faiblarde sur le poivre. Il fallait peut-être s’y attendre. Qui s’est déjà dit « Maudit que je mangerais une poutine. On vas-tu au St-Hub? »

Comme la danse, la sculpture ou le macramé, la poutine est un art. Il ne suffit pas de connaître la recette pour savoir recréer la magie.

Au final, c’est comme louer la cassette de Magic Mike au lieu d’aller au 281 : c’est assez pour te calmer pendant un bout, mais ça va te retenter encore deux heures après.

VAS-TU FINIR TA BOULETTE?

Tu devrais en finir au moins une (à la grosseur qu’elles ont, si tu t’écœures après un tiers de tite bouchée, t’es pas fait fort), et probablement au moins quatre ou cinq, parce que t’as quand même payé ça 10 piastres. Une douzaine, si t’es le genre de personne à tripper sur les chips à saveur de poutine. Toute la boîte, si t’as viré une brosse de boulettes de bière.

Sers ça à ta visite. Si on se fie à notre page Facebook, tout le monde va capoter comme si tu avais servi un tournedos de licorne. Ça vous fera un sujet de discussion quand vous aurez fini de commenter la canicule.

Point bonus : tu peux enfin manger de la poutine avec tes doigts sans te faire regarder de travers, comme au Ashton. Fuck yeah!

Publicités

10 réflexions sur “#15 — Pout pout pout… poutine inversée?

  1. Haha j’y ai gouté, j’Ai trouvé sa vachement bon, Ok après la boite complète je commençais a l’avoir sur le cœur, mais pas autant que des bâtonnets de fromage. j’aurais pas été capable de faire un meilleur résumé que vous ! Très drôle soit dit en passant surtout le bout sur « Sa pas l’air santé »

    J'aime

  2. « Yeurkkkkk ca la pas laire bon!!! Cé un dégueus. », déclara un internaute dont le français écrit, pris de maux de cœur, était allé prendre l’air pour ne jamais revenir.» et le morceau manquant de puzzle —-> #jerismavie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s