#7 — Une cuillère de fer dans un pot de velours

Caroline Décoste et Mathieu Charlebois goûtent pour vous à toutes sortes de choses, afin de répondre à la question « Si tu manges ça, vas-tu finir ton assiette? »

On s’est dit que de se bourrer dans de la crème à glace nous aiderait à faire descendre l’orgie de Doritos des dernières semaines. Rien comme du gras de velours vermillon pour faire passer le orange.

Alors, au menu :

Gâteau Red Velvet crème glacée Choix du Président

rv-1Le gâteau Red Velvet, qu’il ne faut surtout pas confondre avec le gâteau Red Velveeta (qu’on est prêts à déguster si l’occasion se présente), est un mystérieux classique : personne ne sait ce qu’il devrait goûter, à part peut-être le pourpre.

Saveur de carré? De communiste? De vieux pantalons pattes d’éléphant circa 1978? C’est un mystère enrobé d’énigme que le Président a décidé de crisser dans de la crème glacée.

Le résultat : de la crème glacée avec des mottons de gâteau dedans. Carrément.

rv-2

Savoure le rouge!
— Caroline, fan de vieille goth pop française

Présentation suggérée

Le Gâteau Red Velvet crème glacée (GRVCG) vient dans ce format que nous surnommons « petit, donc fancy » lancé il y a quelques années par Häagen-Dazs, cette compagnie américaine dont le nom se prononce mieux la bouche pleine.

Gmhhhagueuunchdaaz
Mäathîëù

La crème glacée napolitaine vient dans un carton rectangulaire, parce que le petit peuple n’apprécie pas les belles choses. La GRVCG, elle, vient dans un minuscule pot, pour nous convaincre que l’on achète un produit de qualité, une incursion crémeuse dans la haute société. Pensez-y : on ne vend pas de caviar chez Costco.

Ironiquement, malgré tout ce faste et ce strass, c’est aussi le format « maudit que ça va pas ».

Comme quoi l’apparence d’argent, ça ne fait pas l’apparence de bonheur.
Mathieu

rv-3La meilleure façon de manger du velours rubis sous forme de crème glacée, c’est de plonger la cuillère dans le pot puis dans sa yeule. Pas de bol, parce que salir de la vaisselle, c’est trop triste.De toute façon, ton ex est parti avec la vaisselle. Pis le lave-vaisselle. Pis une fille qui ne finit pas les pots de crème glacée à même la cuillère, elle, grosse torche.

La GRVCG est dans la collection « Délices du bar laitier », comme quoi on finit toujours au bar quand on est déprimé.

Le bar laitier : le seul bar qu’il est socialement acceptable de fréquenter en pyjama, les cheveux gras.
— Caroline, visiblement une habituée

La dégustation :

La couleur nous fait croire que ça goûte les petits fruits, mais en fait ça goûte la vanille. Et le rouge. C’est une saveur difficile à décrire, à mi-chemin entre le bleu pis le jaune.

Ça prendrait une charte Pantone du goût. On pourrait appeler ça une charte Panettone.Mathieu, trilingue en jeux de mots

On aurait voulu bitcher comme quoi c’est trop gras, trop sucré ou juste trop rouge, mais on a convenu, après sept ou huit bouchées, qu’on garderait le reste pour célébrer la prochaine défaite de Canadien. C’est vraiment pas pire bon. Surtout si tu en manges en regardant Carey Price pleurer.

Le Président du choix, on le sait, ne fait jamais les choses à moitié. Dans la même collection que le GRVCG, on trouve donc : « Beurre d’arachide et chocolat avec torsades de fudge au chocolat », « Barbe à papa » et « Pacanes et crème pralinée ».

Si vous décidez de goûter toutes ces saveurs dans une seule soirée, assurez-vous de terminer avec son fameux « Tourbillons d’insuline et croquants de pancréas praliné », pour balancer le tout.

Vas-tu finir ton assiette (ou ton pot)?

Assurément et peut-être d’un seul coup, selon ton état de désespoir. D’ailleurs, le nouveau Guide alimentaire canadien a préparé un diagramme afin de s’assurer que chaque Canadien consomme sa juste part de crème à glace en finissant le pot selon ses besoins :

rv=4

Département des plaintes

Ben là! Depuis quand ils goûtent du bon goût, eux!?Un internaute, fracassant son clavier de colère en lisant ce texte

On goûte de quoi qui a l’air bon? Et alors? Personne ici n’est payé. Au contraire des cobayes de médicaments, nous, on paie pour mettre à prix notre santé, ce qui n’est pas peu dire dans le climat politique actuel.

Le gouvernement fait peut-être passer ses lois sur la santé avec un bâillon, mais nous, on est en voie de faire passer notre santé avec un caillot.

Crache le cash pis je vais en manger d’la scrap.
— Caroline, qui commence à comprendre le capitalisme

Publicités

3 réflexions sur “#7 — Une cuillère de fer dans un pot de velours

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s