#3 — Un matin plat dans un pain plat (ou l’inverse)

Caroline Décoste et Mathieu Charlebois goûtent pour vous à toutes sortes de choses, afin de répondre à la question « Si tu manges ça, vas-tu finir ton assiette? »

Cette semaine :

Le sandwich matin sur pain plat de Special K

s-1

Les nutritionnistes savent qu’il n’existe que deux moyens de bien commencer sa journée : prendre un bon déjeuner ou se crinquer comme il faut en écoutant Walking On Sunshine et se préparer à partir comme si on était dans un montage de film des années 1980.

Nous avons décidé de ne faire ni l’un ni l’autre et d’essayer les Sandwichs matin sur pain plat de Special K.

Préparation :

En cette époque où non seulement tout va trop vite, mais en plus tout conduit en textant sans regarder la route, qui a encore le temps de déjeuner?

Déjeuner? Pfffft! Hey, woh, je suis bien trop occupée. Tu m’prends pour qui, une pigiste qui passe ses journées en pyjama?
— Caro

Heureusement, il y a le micro-ondes et la nourriture congelée. Jehane serait fière de 2014.

s-2

On sort donc le chandwich matin de la boîte, et on le trouve emballé dans un petit plastique. Au premier regard, on a l’impression de vivre dans le futur. Ou même dans l’ESPACE.

Je me sens comme Chris Hadfield! Sors ta guitare, Mathieu, on fait un cover de Bowie.
Caro

s-3

Les instructions sont simples : une minute et demie dans le micro-ondes, suivie d’une minute pour laisser la chaleur se répartir dans le chandwisse.

Tout de suite, on se dit : « Attendre une minute!?? MAIS JE SUIS PRESSÉ, MOI! »

Puis, on se calme un peu et on comprend qu’à force de mener nos vies à 100 milles à l’heure, pesant constamment sur la pédale de gaz de l’existence, on oublie parfois de sortir de l’auto de notre routine pour prendre une petite pisse sur le bord de l’autoroute de la réalité en admirant les chevreuils de nos rêves galopant dans le sous-bois de notre éphémérité.

Et c’est là la plus grande force de ce sénnouiche matin : nous reconnecter avec la vraie vie, mais sans que ça nous prenne tout notre temps.

On profite donc de la minute d’attente pour mettre une couverture sur nos épaules et on regarde par la fenêtre en tenant notre tasse de café à deux mains, assez proche de notre face pour faire de la buée dans nos lunettes. Comme dans les annonces.

Et pendant qu’on attend, laissant vagabonder nos pensées, un fumet envahi la pièce. Ho que oui. L’odeur du fromage fondu arrive en ville, pis ça sent la campagne.

Le retour à la réalité est brutal.

***

Autres choses à faire en attendant que ton chabdoulawich cuise :

  1. Lire les quatre pages du Devoir et te pomper contre Christian Dufour
  2. Lire un dixième de La Presse et te mettre en sacrament contre Foglia
  3. Regarder les images dans le Journal de Montréal et lire Martineau en autant de temps que ça lui a pris écrire sa chronique
  4. Cruiser un barbu dans un café avec ta Presse+ pis des sons de baleines

***

Pause lecture des infos sur la boîte

Vérification faite : il n’y a aucune trace de matin dans les ingrédients. Nous voilà déçus.

Ça contient en contrepartie du phosphate dicalcique, du stéaroyl -2 — lactylate de sodium, des flocons de triticale, du phosphate monocalcique pis du propionate de calcium. Presque pareil.

Ça contient aussi du bale d’avoine. Ça a-tu rapport avec le chanteur?
— Caro

En tout cas, ça expliquerait pourquoi tous les cris et les SOS.
— Mathieu

s-4La version « tite soucisse » offre 34 % de la portion de sel et 38 % de la portion de cholestérol recommandées par jour. C’est très généreux de sa part.

C’est bien parce que tôt dans ta journée, ça te permet de faire «Cholestérol? Check!»Mathieu

C’est décidé : je déjeune aux chips, désormais.Caro

Sur le devant de la boîte, c’est indiqué que le sandradorionouiche a passé l’inspection du Département américain de l’Agriculture. On présume que les critères de sélection étaient aussi bas que ceux pour entrer à l’emploi du Département américain de l’Agriculture.

« Yup, it’s flat and it’s not a Mexican in disguise. Next! »
— Caro, inspecteurworman au Department of affaires qui se mangent

Présentation suggérée :

Le spamwich sous un rayon de soleil, pendant que les oiseaux gazouillent. (Merci à Alexandra Champagne, encore une fois, pour la beauty shot.)

Le spamwich sous un rayon de soleil, pendant que les oiseaux gazouillent. (Merci à Alexandra Champagne, encore une fois, pour la beauty shot.)

Le pain est plat. Ça, c’est réussi. Le salemwitch tient donc avec une stabilité parfaite sur une surface plane. On ne peut pas en dire autant des muffins avec un gros top. Point pour le santawich.

Par contre, la tranche de fromage semble avoir rétréci entre la photo de la boîte et le monde réel. Comme une peau de chagrin version pepper jack.

La « dégustation »

Agréable surprise (avec cette chronique, on prend ce qui passe) : ce n’est pas SI mou.

C’est un agréable… non, faut pas charrier. C’est un étonnant mélange de textures : le mou de l’œuf se superpose au squishie de la saucisse ou au tirailleux du jambon (selon la sorte) et au granuleux du pain.

Même les radios de Québec n’ont pas voulu de ma tranche de jambon comme animateur.
— Caro

L’œuf ne goûte rien, ne sent rien et a une étrange texture de vide. Si c’était une expérience de physique quantique, nous engagerions Charles Tysseyre pour nous chuchoter à l’oreille que c’est « fascinant ». Or, il s’agit d’un déjeuner. Nous dirons donc « Hou… » avec une drôle de face.

Hou…
— Mathieu et Caro

Le pain plat est, quant à lui, un pain brun qui donne autant une impression de santé que de carton.

Mais dans tout ça une seule question nous obsède : pourquoi ce sentinelledelairwich est-il plus piquant que notre KD spicy fromage épicé de la semaine dernière? Mystère.

Je soupçonne le colonel soucisse dans le pain plat avec un micro-ondes.
— Mathieu

Vas-tu finir ton assiette?

À la question « Vas-tu finir ton assiette? » de benedictcumberwich, on répond : oui, parce que là, à force de penser à la vie pis à ta place dans l’univers, ben y’est l’heure de partir pis t’as pu le temps de te faire autre chose.

Réussir à créer un met moins bon qu’un Timatin, sans même ressortir le p’tit couple fatigant de la pub, ce n’est pas facile. Mission accomplie, Docteur Kellogg’s!

Publicités

Une réflexion sur “#3 — Un matin plat dans un pain plat (ou l’inverse)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s